Dépistage des troubles visuels chez les écoliers (amblyopie, myopie, hypermétropie…)

Dépister tôt

Le constat est évident : d’une part, on diagnostique de plus en plus souvent des troubles visuels chez l’enfant, mais nombre d’entre eux passent au travers des mailles du dépistage. D’autre part, les problèmes d’apprentissage de la lecture sont monnaie courante et sont à rattacher à des troubles sensoriels.

Aussi paraît-il nécessaire de prendre en charge ces déficits pour donner aux écoliers les meilleures conditions d’un bon développement. Encore fallait-il que la corrélation entre troubles visuels et capacité de lecture soit prouvée. C’est chose faite grâce au travail effectué dans l’Oise et en Seine-Saint-Denis, où des études ont nettement montré, sur des élèves de CE1, le lien entre qualité de la vision et apprentissage de la lecture.

Ces études ont mobilisé ophtalmologistes et enseignants, sous la responsabilité des services compétents de l’Education nationale. Les résultats montrent que l’appareillage des troubles de la réfraction s’accompagne d’une amélioration des performances de lecture par rapport au groupe témoin. Mais les études ont également montré les difficultés de l’accès aux soins, car seulement de un tiers à la moitié des enfants envoyés au spécialiste consultent.

Dans une grande section de maternelle, on estime que 20 à 40 % des élèves sont porteurs d’un trouble de la vision et que 20 % sont corrigés. Outre les stratégies visant à améliorer l’accès aux soins, c’est donc aux comportements qu’il faut s’attaquer, en impliquant tous les acteurs du système sanitaire et social.

Détecter l’amblyopie avant 8 ans

Le dépistage des troubles visuels doit être précoce. Une entrave à la transmission de l’image est préjudiciable au développement visuel, et l’amblyopie qui peut en résulter est presque impossible à améliorer après l’âge de 8 ans. Le maximum de possibilité de guérison intervient avant l’âge de 2 ans, et à 6 ans, on ne récupère une amblyopie que dans un cas sur deux; la perte de plasticité cérébrale liée à la réduction synaptique explique la limite des possibilités thérapeutiques au fur et à mesure de la croissance. Il faut aussi, dans la mesure du possible, explorer d’autres fonctions visuelles que l’acuité, comme la sensibilité aux contrastes, la vision des couleurs, la sensibilité aux mouvements, le champ visuel.

Il n’en reste pas moins qu’un suivi efficace ne peut se faire qu’à travers une sensibilisation des enseignants et des parents, afin de réduire les freins à l’apprentissage. Les lunettes, élément de la correction visuelle, bénéficient d’une prise en charge de la Sécurité sociale jusqu’à l’âge de 16 ans et les enfants peuvent maintenant assouvir leur envie de mode et de séduction. Tout cela devrait aider à la prise de conscience de l’importance d’un dépistage efficace et d’une prise en charge régulière, pour ne plus compromettre la qualité de la vision, parfois de façon irrémédiable.

Pour en savoir davantage, cliquez ICI l’avis pédiatrique au sein de la SFP (Société Française de Pédiatrie)

Les 4 autres livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

.

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.


.

.