Les convulsions liées à la fièvre chez les enfants

Surtout entre 1 et 3 ans

Les convulsions fébriles surviennent entre l’âge de 6 mois et de 5 ans (avec un pic entre 1 et 3 ans) pour une fièvre supérieure à 38 °C, chez un enfant indemne d’affection neurologique aiguë ou chronique. Elles sont considérées comme des convulsions fébriles simples si elles sont généralisées, de durée inférieure à 15 min, sans déficit post-critique et sans récidive dans les 24 heures.

Le traitement préventif des convulsions fébriles pose plusieurs questions dont la plus importante concerne le risque de récidive d’une convulsion fébrile et sa prévention. Il est estimé à 30 % selon les différentes séries. Des facteurs de risque se dégagent (tableau ci-après).

  • Âge < 15 mois
  • Antécédents familiaux au 1er degré d’épilepsie, de convulsions fébriles
  • Épisodes fébriles fréquents
  • Première convulsion fébrile complexe focale, récidivante dans les 24 heures, déficit post-critique

Les enfants n’ayant aucun des facteurs de risque ont un risque de récurrence sans traitement inférieur à 10% alors qu’avec trois de ces facteurs, le risque est supérieur à 50 %.

.

.

Le traitement au long cours

Il ne se discute que lors de convulsions fébriles compliquées.

Le choix du valproate de sodium (dépakine) est plus courant en Europe. Son efficacité préventive ne paraît évidente que dans une population à risque élevé de récidive.

Le diazépam en cas de fièvre (valium)

Il est utilisé depuis 25 ans dans les différents pays d’Europe et au Japon. Aucun effet dangereux n’a été rapporté jusqu’à aujourd’hui.  Votre pédiatre vous en parlera est verra avec vous si votre enfant doit en bénéficier.

Le diazépam doit être administré par voie orale ou rectale à la dose de 0,5 mg/kg toutes les douze heures si la fièvre est supérieure à 38,5 °C, avec un maximum de quatre doses consécutives. Les antipyrétiques seuls ne modifient pas la fréquence de récidive des convulsions fébriles.

Le diazépam (valium) en cas de convulsion fébrile au coup par coup

Son efficacité rapide par voie intrarectale (2 min de délai d’action) est reconnue par toutes les études. La solution injectable utilisée par voie rectale (0,5/mg/kg) reste la meilleure solution à recommander en France (on utilise un embout rectal à mettre au bout de la seringue pour injecter d’un coup). Il existe dans les pays anglo-saxons un gel rectal considéré comme plus pratique. Les suppositoires de diazépam ont en revanche un délai d’action beaucoup trop long, ce qui en limite l’intérêt.

Il y a aussi le Buccolam (Midazolam) qui agit bien et plus facile à donner

C’est du Midazolam (DCI) chlorhydrate. C’est une benzodiazépine comme le valium. Les accompagnants ne doivent administrer qu’une seule dose de midazolam. Si la crise convulsive n’a pas cessé dans les 10 minutes suivant l’administration de midazolam, un service d’urgences médicales doit être appelé immédiatement et la seringue vide doit être remise au professionnel de santé afin qu’il soit informé de la dose reçue par le patient.

Buccolam est administré par voie buccale. La dose complète de solution doit être administrée lentement dans l’espace entre la gencive et la joue.

Les doses habituelles sont celle-si:

Ce qu’il faut retenir

Le plus important est de bien évaluer initialement les facteurs de risque de récidive de convulsions fébriles et d’identifier les convulsions fébriles dites complexes qui seules justifient d’un traitement préventif au long cours par Valproate de Sodium (25 mg/kg/j). L’usage systématique du diazépam en cas de fièvre supérieure à 38,5 °C doit être réservé au groupe à haut risque de récidive. Le médecin vous en parlera et décidera de sa prescription.

Dans tous les cas, l’éducation parentale est fondamentale, car l’usage du diazépam uniquement au coup par coup en cas de crise est une alternative tout aussi intéressante.

Il n’est pas toujours nécessaire de faire baisser la fièvre (surtout si elle reste bien tolérée), elle a son rôle majeur dans la lutte contre une infection par exemple. Ce dont il faut se méfier et qui favorise l’apparition des convulsions, c’est la montée rapide ou la chute rapide de la température. Ce n’est pas la hauteur de la température: un enfant peut convulser à 37°9 et pas à 40°. Tout dépend de la cinétique de la fièvre;

Parlez-en à votre pédiatre.

En prévention si fièvre > 38,5 °C, voici à titre indicatif les doses de valium (diazépam) à donner (sur prescription médicale).

  • 0,5 mg/kg/12 heures PO (voie orale) ou IR (intra rectale)
  • intérêt si facteurs de risque > 2

Au coup par coup, si crise > 5 min

  • 0,5 mg/kg intrarectal
  • délai action < 2 min et bonne efficacité et tolérance.

Pour en savoir davantage, cliquez ICI

Les 4 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille

  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.