La pollution actuelle et son impact sur la santé de nos enfants

industry-250336_1280

Depuis début décembre, la pollution atmosphérique fait parler d’elle, en particulier dans les grandes villes comme Paris, Strasbourg, Lyon.

Il est dommage qu’on n’en parle que lorsqu’il y a des pics, car elle est constante et c’est là qu’elle est la plus grave.

Quels sont les effets pour la santé de nos enfants ?

 Au départ, ce sont des symptômes légers de type irritation de la gorge, toux isolée, nez qui coule (rhinite), puis irritation des yeux, gêne respiratoire. Les enfants plus vulnérables (les anciens prématurés, les asthmatiques, ceux qui sont porteurs de cardiopathies) vont voir leur état général affaibli et peuvent développer des atteintes cardio-pulmonaires qui dans certains cas deviennent fatales.

Combien de morts par an en France à cause de la pollution?

Les décès dus aux particules fines représentent pas loin de 50 000 décès par an, ce qui représente 9 à 10% de la mortalité générale. (adultes et enfants confondus).

Comment les polluants agissent-ils?

Ce qu’on appelle les particules fines pénètrent dans les poumons et pour les plus fines d’entre elles (celles qui ont un poids moléculaire inférieur à 2,5 microns (PM2,5) vont jusqu’aux alvéoles (là où se font les échanges gazeux). Et y provoquent des dégâts pouvant aller jusqu’à une mutation des cellules (destruction, voire cancer).

Comment peut-on être certains que les symptômes sont dus à la pollution et pas à autre chose?

Des modélisations très fines sont accessibles et réalisées, en tenant compte des mesures fréquentes actuelles et celles des années passées. Cela permet de ne pas confondre avec les allergies, les virus, la grippe. 

Que faut-il faire pour nos enfants?

D’abord, nos municipalités doivent être actives en terme de prévention, de fermeture d’axes routiers, d’alternance de flux (toute l’année et pas seulement lors des pics). En favorisant aussi des modes transports dits doux (tram, bus, vélo). Il faut de l’incitation: rendre les transports en commun gratuits, les impôts servent à cela.

Pour les enfants de moins de 5/6 ans, éviter de les sortir inutilement. Privilégier les trajets directs. Et pour les grands, les dispenser de sport, car lors d’un effort, le débit ventilatoire augmente et donc le nombre de particules fines qui entrent dans les poumons aussi.

Éviter de marcher le long des grands axes.

Bien ventiler son logement, mais en dehors de zones de pics de circulation.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre