Les bronchiolites à VRS (Virus Syncytial respiratoire): 75% des cas, attention danger!

Risque d’asthme après des bronchiolites?

Des études prospectives ont montré qu’après un premier épisode de bronchiolite, le type de virus et les antécédents familiaux étaient deux éléments déterminants du risque d’asthme. Il est ainsi apparu que le virus respiratoire syncytial (VRS) est associé à des formes plus sévères de bronchiolite et à des épisodes récurrents de wheezing pendant la première année de vie, alors que le rhinovirus est associé à un risque d’asthme à long terme, dans un contexte d’atopie. Ces données sont issues de cohortes d’enfants hospitalisés, présentant des formes graves de bronchiolites. C’est pourquoi une étude récente retient particulièrement l’intérêt.

Automne hiver

La saison de l’automne et de l’hiver voit revenir en force chaque année les infections de type bronchiolites qui touchent essentiellement les nourrissons, et qui peuvent devenir dangereuses pour les anciens prématurés, et les enfants qui montrent une baisse de leur immunité.

Elle touche les petites bronchioles (le bout du bout des bronches) et peut provoquer une grande détresse respiratoire, nécessitant parfois une hospitalisation. 2% des enfants hospitalisés malheureusement, en meurt encore malgré les soins. Dans d’autres cas, cela peut entraîner une pneumonie grave (atteinte du tissu du poumon).

Ce virus très contagieux se transmet par les gouttelettes de salive mais aussi par les mains. Attention donc à l’hygiène des mains, aux lavages de nez chez les nourrissons (sans être agressif).

Lire la suite de l’article / interview du Dr Arnault Pfersdorff sur Magic Maman.