La dysphorie de genre, qu’est-ce que c’est?

Qu’est ce que la dysphorie de genre ?

Le terme dysphorie de genre (DG) décrit le sentiment de détresse ou de souffrance qui peut être exprimé parfois par les personnes dont l’identité de genre, l’identité sexuée, ne correspond pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance. Ces personnes peuvent s’identifier comme présentant une variance de genre, ou bien comme trans, transgenre, transsexuel-le-s, transvestis, « queer », androgynes, neutres,
ou autre. Parfois la détresse peut être si forte que certaines personnes s’engagent dans un processus de transition d’un sexe à l’autre afin d’établir une concordance et une continuité entre le sexe physique ou anatomique et l’identité sexuée. Ce processus implique habituellement des changements au niveau du rôle et de la présentation sociales et peut éventuellement nécessiter la prise d’hormones masculinisantes ou féminisantes, voire des actes chirurgicaux.
Les besoins de santé généraux des personnes trans sont les mêmes que ceux de tout le monde. En revanche, les personnes trans peuvent avoir des besoins de santé spécifiques en lien avec leur dysphorie de genre, leur réassignation de sexe ou l’affirmation de leur identité de genre. Nos équipes se chargent de répondre aux besoins spécifiques des personnes transgenres.

Pour comprendre et en savoir davantage, le site du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences ICI

.

Le sexe & le genre

Le sexe renvoie aux caractéristiques biologiques, physiologiques, qui différencient les hommes et les femmes, alors que le genre renvoie davantage à la dimension sociale et culturelle de la sexuation : les rôles, les comportements, tous les attributs qu’une société considère à un temps donné comme appropriés à un sexe. Le «rôle de genre», c’est la face publique et sociale, «l’identité de genre» est la face plus privée, plus psychologique, la manière dont chaque personne vit son identité. On peut vivre son identité sexuée de manière très diverse sans éprouver de malaise particulier.

Pour comprendre et en savoir davantage, le site du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences ICI

.