Les troubles du comportement alimentaire du petit enfant: la cause aux morceaux introduits trop tardivement?

Bon à savoir sur les troubles du comportement alimentaire du petit enfant (TCAPE): mise au contact des morceaux trop tardive?

Difficultés alimentaires en consultation ambulatoire : existe-t-il une relation entre l’âge d’acquisition de la  coordination main bouche  et la capacité à appréhender les morceaux ? Véronique Leblanc, Marc Bellaïche, Jérôme Viala Une enquête dans les crèches

« De nombreux parents considèrent que leur enfant est « difficile » sur le plan alimentaire [1]. Dans une étude de cohorte de 4000 enfants, la prévalence des difficultés alimentaires étaient de 26% à 1.5 ans, 28% à 3 ans et diminuait à 13% à 6 ans [2]. Ces enfants dits « difficiles » ont volontiers un refus de nouveaux aliments, une sélectivité des aliments notamment lorsqu’il s’agit de légumes ou de fruits, un rejet de certaines textures, en particulier une difficulté à manger des morceaux.

L’impossibilité d’appréhender la diversification alimentaire et donc les morceaux avec comme conséquence une alimentation uniquement liquide et lisse devient un motif de plainte fréquent au sein de notre consultation dédiée aux difficultés alimentaires.

Ce symptôme est souvent constaté sans aucun terrain particulier ni anamnèse traumatisante. Au fil des consultations, après interrogation précise, il nous est apparu que la plupart de ces enfants n’était pas passé par la phase de développement sensori-motrice exploratoire des objets avec la bouche. En effet, vers l’âge de 6 – 10 mois, les nourrissons explorent et découvrent leur environnement grâce à cette compétence motrice de porter les objets à la bouche (coordination-main bouche) afin de les explorer avec celle-ci.

Notre hypothèse est de lier cette absence d’acquisition dans l’échelle de développement normal des enfants avec la difficulté à manger des morceaux. Pour avoir cette « compétence », il est indispensable que les coordinations sensori-motrice yeux- mains et mains-bouche soient optimales et accompagnées de compétences oro- motrices.

Si notre hypothèse se confirme, il serait alors indispensable d’avoir une action préventive afin que les parents et professionnels de la petite enfance soient vigilants afin d’accompagner la mise en place de cette acquisition. »

Accéder à l’enquête et à son formulaire ICI

Véronique Leblanc, Marc Bellaïche, Jérôme Viala

.

.

.

.