Les troubles envahissants du développement chez l’enfant (TED): comment les détecter?

Depuis peu, on parle plus volontiers de « troubles du spectre autistique ».

De nombreuses émissions à la télévision par exemple, attirent l’attention du public sur ces troubles du comportement chez les enfants (TED), qui, s’ils sont pris tôt et par une équipe formée, permettront d’optimiser la prise en charge. Et éviteront dans certains cas aux parents de vivre des galères très difficiles pour le développement de leur enfant, et l’accompagnement dans les structures en particulier scolaires.

Ce sont des troubles qui atteignent les enfants assez jeunes, avant l’âge de 3 ans. Les signes d’appels sont divers, cela peut aller d’un déficit  ou de certaines particularités dans les échanges et interactions de l’enfant dans ses échanges sociaux avec les autres, dans son mode de communication, dans sa façon d’avoir des comportements de type stéréotype.

Parfois, ces TED sont associés à des atteintes mentales, neurologiques, voire des syndromes dits génétiques. Dans environ 50% des cas, il peut y avoir une déficience intellectuelle (retard mental).

On retrouve ces TED, qui sont désormais mieux dépistés et plus précocement, dans à peu près 1% de la population

Les causes?

On ne sait pas très bien, à l’heure actuelle on ne peut qu’accepter le principe que les causes sont « plurifactorielles »: on y retrouve intriqués des facteurs génétiques, des facteurs dits environnementaux (ce qu’on respire? ce qu’on mange? pesticides? perturbateurs endocriniens? il est évidemment souvent difficile de faire un lien, mais les experts y travaillent et décortiquent les données), et des facteurs en rapport avec des atteintes de certaines structures cérébrales.

Il faut faire un dépistage le plus précoce possible; dans tous les cas avant 3 ans !

Un professionnel de santé entraîné peut faire un diagnostic dès l’âge de 20-24 mois. Si l’approche est faite plus tard, après 4 ans par exemple, il peut y avoir une perte de chance, en particulier lorsqu’il s’agira de scolariser l’enfant.

Quels outils à la disposition des professionnels de santé et aussi des parents:

Chaque pédiatre, chaque professionnel de santé doit écouter les parents. Une inquiétude de leur part doit toujours être prise au sérieux. Tout un ensemble de signes peut alerter les parents, qui ne doivent pas hésiter à en parler au médecin. Cela peut aller d’un enfant qui n’a pas un bon contact oculaire ou trop fixe, un enfant qui ne montre pas d’intérêt pour les autres (cela peut se constater dès l’âge de 4-5 mois), un autre qui ne répond pas lorsqu’on prononce son prénom (ce qui s’acquiert vers 7 mois environ), un autre qui fait une crise lorsqu’on lui retire son jouet, un autre encore qui ne joue pas à empiler des cubes à un certain âge, ou qui ne prononce pas assez de mots à tel autre âge, etc. Mais attention: ce n’est pas parce qu’un de ces signes est présent que votre enfant…est autiste.

Des échelles de développement sont mises à la disposition des professionnels de santé, par exemple l’échelle de Denver ( http://www.cofemer.fr/UserFiles/File/Denver.pdf ) mais attention: elle doit être interprétée par un professionnel. Mise dans toutes les mains, elle peut être source d’inquiétude chez les parents et du coup délétère. D’autres échelles existent bien sûr.

Quand il y a suspicion de l’installation du TED, que va faire le pédiatre?

Un bilan avec des tests  (M-CHAT-R/F) est facilement accessible pour les petits enfants, il ne prend pas beaucoup de temps (2 à 3 minutes). C’est un premier questionnaire, en français, qui comprend une vingtaine de questions. Si les réponses permettent de penser qu’il y a un trouble sous-jacent, le professionnel de santé se tournera alors vers une équipe multi disciplinaire où interviennent des neuropédiatres, psychologues, pédopsychiatres, orthophonistes, ORL, pour compléter ce qu’on appelle l’arbre décisionnel. Pour ensuite déterminer quelle prise en charge sera adaptée pour votre enfant. Elle se fera autant sur le plan thérapeutique psychoéducative que sur la prise en charge des symptômes. (par exemple orthophonie).

Un rôle essentiel est celui joué par les Centres de Ressource de l’Autisme CRA. Les centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) joueront aussi leur rôle de coordinateur.

Autres liens très utiles ou vers la HAS

pour en savoir davantage sur l’autisme, cliquez ICI

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre