Les perturbateurs endocriniens (PE) chez les enfants: de quoi parle-t-on?

On en entend parler de plus en plus régulièrement et il n’est pas rare de voir les autorités sanitaires de notre pays (ou européennes) se saisir de tel ou tel perturbateur, pour le ou les retirer du marché.

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien? (PE)

La définition exacte du terme PEE n’est toujours pas consensuelle près de 30 ans plus tard, mais on considère globalement qu’une substance a une activité de perturbateur endocrinien quand elle est capable d’interférer avec la synthèse, le stockage, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la liaison ou l’action d’hormones endogènes naturellement produites par l’organisme et que cette interférence a pour conséquence un effet “adverse”, c’est-à-dire un effet nocif pour la santé, que ce soit à l’échelle de l’individu et/ou de sa descendance, et ce via un mode d’action parfaitement déterminé

C’est une substance qui vient de l’extérieur de notre corps (exogène) ou un mélange de ces substances, qui va altérer la ou les fonctions de notre système endocrinien (les organes qui fabriquent et sécrètent nos hormones comme les ovaires, les testicules, la thyroïde, les surrénales, l’hypophyse, l’hypothalamus , etc.). Et qui vont alors causer des effets adverses sur la santé de notre corps, mais aussi sur notre descendance.

Ces perturbateurs ont une ressemblance avec les hormones (dont ils sont assez proches dans leur structure), ils vont donc bloquer ou occuper les récepteurs de notre organisme qui sont prévus pour les vraies hormones et non pour ces perturbateurs. Les conséquences peuvent alors être graves: nos hormones n’agissent plus comme il faut (croissance, fertilité, etc.). Ils peuvent aussi « mimer » le comportement des vraies hormones, là aussi les conséquences en sont néfastes.

Quels sont les perturbateurs identifiés?

Il y en a des centaines, des milliers, c’est ce qui rend complexe leur éradication. Il faut d’abord arriver à prouver qu’ils ont un réel impact sur notre organisme. Et c’est là parfois que les lobbyings interviennent pour cacher ou camoufler certaines études, pour pouvoir continuer de vendre des produits.

Sur 100 000 produits chimiques nous environnant, à peu près 900 sont potentiellement des perturbateurs endocriniens

Quelques noms qui vous parleront peut-être, une liste des plus connus

  • l’estradiol, l’estrone, l’estriol qu’on va retrouver dans les eaux résiduaires
  • le tamoxifène utilisé dans le cancer du sein
  • l’endosulfan, l’aldine, la dieldrine, la chlordécone: dans les insecticides vendus partout
  • l’atrazine utilisée dans les pesticides, les herbicides
  • les pyralines (comme les polychlorobiphényles) , mais aussi le Nonylphénol utilisés dans l’industrie
  • le bisphénol A qui a fait parlé de lui dans les biberons, désormais interdit, mais encore présent dans tous les agents plastifiants
  • les foranes dans les solvants, les déchets industriels
  • le Méthoxychlore dans le traitement des champignons 
  • le DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) et ses métabolites comme insecticide 
  • le TCDD (p-dioxine) dans les déchets des incinérateurs.

.

Quel est l’impact sur la santé de nos enfants (et des adultes)

  • diminution du nombre de spermatozoïdes, donc cause d’infertilité chez les hommes
  • diminution de l’équilibre homme/femme: le ratio mâle/female est passé aux USA de 1.053 à 1.049 entre 1969 et 1995
  • augmentation de la fréquence des testicules qui ne descendent pas dans les bourses des garçons (cryptorchidie)
  • cancer du testicule plus fréquent
  • malformations génitales chez les garçons, avec l’urètre (le petit trou par où sorte le pipi sur le pénis) qui est mal positionné sur la verge (hypospadias). Cela est frappant chez les enfants d’agriculteurs ! Avec l’utilisation des pesticides.
  • précocité de la puberté chez les filles

De quoi faut-il se méfier?

Sans être exhaustif, voici quelques conseils.

  • gare aux plastiques alimentaires qui contiennent des noyaux phénol
  • gare au bisphénol A qu’on retrouve dans les plastiques, il tapisse aussi l’intérieur de certaines boîtes de conserve, on le retrouve dans les composants des montures des lunettes, les volants des voitures, dans les composants des appareils électroménagers, etc. Attention aussi dans les conditionnements alimentaires (barquettes surgelées prêtes à l’emploi: mieux vaut sortir l’aliment de la barquette et la faire cuire sur un plat.
  • les phtalates: très utilisés pour rendre le plastique souple et flexible. Donc on le trouve dans la composition…des jouets !  Mais pas que.
  • les phytosanitaires estrogènes: dans les plantes, ils sont présents de manière naturelle.
  • lentilles, pois: ces végétaux contiennent des isoflavones considérées comme des PE. Ils interviendraient dans le développement de diabète insuline-dépendant, dans l’apparition d’anomalies de type hypospadias chez un enfant né d’une mère végétarienne. Cependant, ils auraient aussi un rôle protecteur contre le cancer du sein au Japon.
  • parabènes: ils sont utilisés comme conservateurs, avec une forte activité antibactérienne et antimitotique (contre les mycoses). On les trouve aussi dans les shampooings, les déodorants, les crèmes pour la peau… Ne pas utiliser après rasage sur la peau, par exemple.

Que faire en pratique?

Il est quasi impossible de se protéger de tous ces perturbateurs. Quelques gestes simples.

  • prudence chez une femme enceinte
  • éviter ces produits chez les enfants de moins de 3 ans
  • de même lors de la puberté

Ce sont 3 étapes essentielles de la vie où les récepteurs endocriniens sont davantage sensibilisés à ces PE.

Perturbateurs endocriniens et fertilité : un des mécanismes identifié

L’exposition à de faibles doses de bisphénol A juste après la naissance perturberait l’intégration des neurones de l’hypophyse qui régulent la reproduction.

Chez l’humain, comme chez les autres mammifères, la reproduction est régulée par les neurones à GnRH, une population de neurones qui, au cours du développement embryonnaire, apparaît au niveau du nez puis migre vers le cerveau jusqu’à l’hypothalamus. Ce sont eux qui contrôlent tous les processus associés aux fonctions reproductrices : la puberté, l’acquisition des caractères sexuels secondaires et la fertilité à l’âge adulte.

Mais, une exposition précoce aux perturbateurs endocriniens enrayerait ce processus et entraînerait une dérégulation des fonctions reproductrices. Dans une étude publiée ce jeudi 18 novembre dans la revue Nature Neuroscience, des chercheurs de l’Inserm ont identifié l’un des mécanismes en cause dans cette altération.

Le bisphénol A empêche la rencontre des neurones à GnRH avec les astrocytes

Pour comprendre comment les perturbateurs endocriniens altèrent les fonctions reproductrices, il faut d’abord comprendre comment celles-ci fonctionnent. Pour assurer leurs fonctions, les neurones à GnRH s’entourent d’un autre type de cellules neurales, les astrocytes, qui permet aux neurones à GnRH de s’intégrer au réseau neuronal. Cette rencontre intervient au cours de la “mini-puberté”, une période qui débute une semaine après la naissance chez les mammifères. C’est à ce moment qu’ont lieu les premières sécrétions des hormones sexuelles.

Un échec de l’intégration des neurones à GnRH lors de la mini-puberté peut entraîner une prédisposition à développer des troubles de la puberté et/ou de la fertilité, mais aussi affecter potentiellement le développement du cerveau et ainsi entraîner des troubles de l’apprentissage ou encore des désordres métaboliques tels qu’un surpoids”, précise Vincent Prévot, directeur de recherche à l’Inserm et dernier auteur de l’étude.

Dans la présente étude, les chercheurs sont parvenus à préciser comment se déroule cette rencontre entre neurones à GnRH et astrocytes. Ils ont découvert que les astrocytes répondent à des signaux moléculaires émis par les neurones à GnRH qui les recrutent dès leur apparition dans l’hypothalamus. C’est précisément ce processus que l’exposition au bisphénol A, un perturbateur endocrinien reconnu, vient dérégler. 

Un impact durable sur les fonctions reproductrices

Pour arriver à leurs conclusions les auteurs de l’étude ont mené des expériences sur des rats. Pendant les 10 jours suivant la naissance, des rats femelles ont reçu des injections de bisphénol A à faibles doses. Grâce à une technique de marquage des astrocytes, les chercheurs ont pu observer que sous l’effet du bisphénol A, les astrocytes ne parviennent pas à s’arrimer de manière permanente aux neurones à GnRH. Cela entraîne alors un retard pubertaire ainsi qu’une absence de cycle œstral chez les rates adultes – l’équivalent du cycle menstruel chez la femme – ce qui suggère que les fonctions reproductives sont affectées.

Nos résultats soulèvent l’idée que l’exposition précoce à des produits chimiques en contact avec les aliments, tels que le bisphénol A, peut perturber l’apparition de la puberté et avoir un impact durable sur les fonctions reproductrices, en empêchant les neurones à GnRH de construire, dans l’hypothalamus, un environnement approprié et nécessaire à leur rôle de chef d’orchestre de la fertilité”, décrypte Ariane Sharif, qui a codirigé l’étude.

Lire la suite ICI

.

« Le dernier livre du Dr Pfersdorff »

.

.

.

.