Diarrhées aigues du nourrisson: les signes qui doivent rendre vigilants. Que faire?

Un virus le plus souvent

Les causes de diarrhées aiguës du nourrisson sont multiples. La plupart du temps, c’est viral (rotavirus), la fameuse gastro-entérite du nourrisson que tout le monde connait, facilement contractée en collectivité, crèche par exemple.

Des progrès évidents ont été faits en matière de diminution de la morbidité: lavages des mains avec un produit antiseptique adapté par les personnels, désinfection de la zone de langage après chaque nourrisson, circuit des couches, éviction quelques jours en cas d’épidémie surtout bactérienne, etc.

Cependant malgré toutes ces précautions, votre nourrisson peut se trouver atteint et montrer les signes classiques: vomissement puis diarrhées aiguës: deux causes possibles de déshydratation aiguë.

.

.

Attention à la déshydratation

Il faut être vigilant, surtout chez les moins de 6 mois et en cas de grande chaleur. L’état de l’enfant peut se détériorer rapidement, un nourrisson n’a pas les mêmes réserves en eau qu’un adulte (voyez ces malheureux enfants retrouvés morts déshydratés lorsqu’ils sont oubliés dans une voiture).

Entre 15 et 20 nourrissons meurent encore d’une telle déshydratation sur diarrhée aiguë dans notre pays, des morts évitables.

Les signes qui doivent alarmer

Si votre enfant se met à respirer plus vite que d’habitude, si son coeur bat plus vite que normalement, une certaine pâleur, les extrémités froides, ou pire des troubles de la conscience, il joue moins, vous parait moins présent, commence à somnoler.

Il faut alors aller vite consulter tout en donnant à votre enfant à boire un soluté de réhydratation orale (SRO) pour reconstituer rapidement les pertes de sels et d’eau, ça va très vite chez un nourrisson.

Un conseil: toujours avoir chez soi quelque sachets de ces SRO, comme par exemple Adiaril, Picolite, GES45, Hydriguoz, Fanolite, etc.)

Il peut arriver qu’il refuse un tel soluté: soit parce que le gout ne lui plait pas, soit parce qu’il commence déjà à plonger cliniquement, auquel cas il faudra peut-être le perfuser.

Mais ne nous alarmons pas, dans la grande majorité des cas, ça va bien se passer. Le maître mot: l’hydrater, en évitant naturellement les boissons sucrées.

En cas de doute, contactez votre pédiatre. Vérifiez qu’il urine bien, c’est bon signe. Vérifier qu’il n’a pas de pli cutané qui reste en place (vous pincez un peu la peau de son abdomen par exemple: si vous obtenez facilement un pli et que celui-ci ne disparait pas immédiatement, c’est qu’il commence à se déshydrater. Prudence.

Régimes spécifiques et diarrhée aiguë

Le traitement de la diarrhée aiguë doit impérativement comporter l’administration d’un soluté de réhydratation orale (SRO) pour éviter une déshydratation, principal risque chez le jeune enfant.

Ce dernier s’administre en petites quantités toutes les 20 minutes à la phase aiguë de la réhydratation. Seuls les produits commercialisés en pharmacie doivent être administrés. Les SRO « fait maison » ne sont pas adaptés.

Le Coca-Cola® ne doit pas être utilisé en raison de son hyperosmolarité, de son absence complète de potassium et quasi complète de sodium.

La réalimentation est une phase importante de la prise en charge. Chez le nourrisson allaité, l’allaitement ne doit pas être interrompu. Chez les nourrissons alimentés avec un lait infantile, la réalimentation doit être précoce, dans les 4 à 6 heures, avec le lait habituellement utilisé. Contrairement à ce qui était recommandé dans les années 2000, les hydrolysats poussés de protéine de lait de vache ne sont plus systématiques chez les nourrissons de moins de 3 mois.

 

.