La coqueluche en France : épidémie où en est-on?

C’est quoi la coqueluche?

La coqueluche est une maladie respiratoire due à une bactérie. Elle se transmet très facilement, par voie aérienne. Elle est responsable de quintes de toux fréquentes et prolongées. C’est une maladie grave lorsqu’elle survient chez les nourrissons et les personnes fragiles.

.

Quelques chiffres

La coqueluche n’a pas fini de faire parler d’elle de par le monde. Cette maladie respiratoire hautement contagieuse est loin d’avoir disparu. Bordetella pertussis est toujours à l’origine d’infections sévères le plus souvent chez les nourrissons (âge < 1 ans) et les jeunes enfants (1–5 ans). Les formes sont plus légères mais souvent traînantes chez l’adulte (≥ 18 ans).

La coqueluche est une infection respiratoire due à une bactérie appelée Bordetella pertussis. Cette maladie très contagieuse provoque des quintes de toux, qui en l’absence de traitement, peuvent se prolonger pendant plusieurs semaines.

La maladie peut parfois devenir grave chez certaines personnes fragiles :

  • femmes enceintes ;
  • personnes âgées ;
  • nourrissons de moins de six mois. Chez ces derniers, non encore protégés par la vaccination, la coqueluche peut donner lieu à une hospitalisation, le séjour à l’hôpital étant systématique pour les bébés de moins de trois mois.
  • ET LES 4 AUTRES LIVRES DU DR ARNAULT PFERSDORFF FAITS POUR VOUS

Epidémie depuis janvier 2024

La surveillance de l’efficacité vaccinale et de la nouvelle donne épidémiologique avec un déplacement de la morbidité vers les tranches d’âge élevées suppose une approche plus fine relevant des soins primaires. C’est dans ce but qu’a été constitué le réseau Sentinelles le 1er janvier 2017, lequel regroupe des médecins généralistes sensibilisés à cette problématique. C’est ainsi que le nombre hebdomadaire de cas de coqueluche confirmés par les examens de laboratoire est estimé avec précision.

Depuis janvier 2024, une augmentation inhabituelle de cas de coqueluche a été observée dans différents pays d’Europe et notamment en France, dont certains cas chez les très jeunes nourrissons, ayant abouti à des hospitalisations en réanimation et à des décès. Selon Santé publique France le nombre de détections par PCR de Bordetella pertussis a dépassé 6000 cas entre janvier et mai 2024, avec une nette accélération en mai. La hausse actuelle pourrait être la conjonction du caractère cyclique des épidémies de coqueluche et du rôle des mesures barrières mises en place lors de l’épidémie COVID.

Comme pour d’autres pathogènes respiratoires, la diminution de circulation de B. pertussis pendant l’application stricte de ces mesures barrières a probablement entrainé, au sein d’une population vaccinée, une absence de boosting naturel de l’immunité à l’échelle individuelle et collective, leur levée s’accompagnant d’un retour en force de ces pathogènes (concept de dette immunitaire). Cette recrudescence épidémique a amené le ministère de la Santé à communiquer via le MARS n°2024_07 et le DGS-Urgent n°2024_08 diffusés le 7 juin 2024, en rappelant l’importance des mesures de prévention, notamment la vaccination de la femme enceinte, pour limiter les cas graves de coqueluche des nouveaux nés et nourrissons.

Prévention: que faire?

Elle repose essentiellement sur l’application stricte des recommandations vaccinales contre la coqueluche en insistant sur :

  • D’abord et avant tout, la vaccination maternelle qui est recommandée en France depuis 3 ans et qui est trop faiblement appliquée,
  • L’application des mesures de cocooning aux familles et tout autre personne s’occupant du nourrisson quand la mère n’a pas été vaccinée,
  • La vaccination des nourrissons dès l’âge de 8 semaines.

L’application des mesures barrières et notamment le port du masque réduit le risque de transmission. L’éviction de la collectivité est recommandée en l’absence de traitement jusqu’à 3 semaines après le début de la toux et de 3 à 5 jours en cas de traitement. En cas d’envoi aux Urgences d’un cas suspect, le service doit être prévenu afin que les mesures d’isolement appropriées soient prises dès l’arrivée.

lire la suite ICI

La coqueluche à l’ère des vaccins

Les premiers vaccins introduits dans les années 50 qui contenaient des bacilles coquelucheux ont été le plus souvent remplacés par des vaccins acellulaires composés exclusivement d’antigènes immunisants dont l’acceptabilité est meilleure. Cette stratégie a conduit à un déclin continu du nombre de cas de coqueluche, mais la maladie a repris du terrain au cours de ces dernières années, au point qu’en 2012 le nombre de cas déclarés au sein des pays européens a dépassé les 42 000. L’OMS estime que la coqueluche a été à l’origine de 63 000 décès d’enfants de moins de 5 ans en 2013 à l’échelon mondial.

Elle reste un enjeu de santé publique, comme en témoigne l’expérience du Royaume-Uni.En 2012, face à l’augmentation du nombre d’hospitalisations de nourrissons de moins de 3 mois non vaccinés, ce pays a recommandé la vaccination contre la coqueluche chez les femmes enceintes, entre la 28ème et la 32ème semaine de grossesse, sous la forme d’une dose unique de vaccin acellulaire.

Cette fenêtre temporelle correspond à la période pendant laquelle les anticorps maternels franchissent sans peine la barrière placentaire. Cette stratégie a été adoptée par d’autres pays européens tels la Belgique, la République Tchèque, l’Irlande, l’Italie, le Portugal, la Slovénie et l’Espagne. C’est ainsi que s’est constitué, entre septembre 2015 et janvier 2020, le réseau hospitalier PERTINENT (Pertussis in Infants European Network) afin d’évaluer l’incidence de la coqueluche et l’efficacité vaccinale chez les nourrissons de moins de 1 an.

Cette vaccination pendant la grossesse peut-elle interférer avec la réponse immunitaire du nourrisson qui va bénéficier d’une vaccination contre la coqueluche au 3ème mois de vie ? C’est à cette question que répond une étude de cohorte britannique qui conclut quelLa vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse semble bien réduire de manière hautement significative l’incidence de la coqueluche chez les nourrissons trop jeunes pour bénéficier d’une vaccination primaire. Chez les nourrissons âgés de 2 à 11 mois, cette dernière combinée à la vaccination pendant la grossesse, semble protéger contre les formes graves de cette maladie infectieuse encore préoccupante, même dans les pays favorisés. La protection apportée par la vaccination primaire exclusive est par ailleurs largement confirmée. La réponse immunitaire du nourrisson n’est apparemment pas affectée par le passage des anticorps maternels durant la grossesse.