Vacciner les garçons contre le K de l’utérus, c’est aussi une belle manière de leur apprendre…à respecter les filles

Vacciner les garçons devient pour moi pédiatre un outil pour faire prendre conscience aux garçons qu’il faut respecter les filles

Je ne m’en doutais pas, j’ai comme tous mes confrères pédiatres appliqué les régles de nos sociétés savantes pédiatriques depuis le 1er janvier 2021: vacciner les garçons comme les filles dès leur 11 ans, afin de limiter au maximum la transmission de ces virus responsables du cancer du col de l’utérus.

Certains pays comme l’Australie, ont réussi à éradiquer ce fléau…en vaccinant filles et garçons depuis longtemps.

Pourquoi à 11 ans?

Il est bien plus efficace de le faire avant l’âge des premières relations sexuelles. Ainsi la protection est meilleure, car les garçons sont porteurs des virus.

Le garçon peut, comme les filles, entendre des messages à 11 ans, c’est de notre devoir

Quand j’en parle aux filles, elle en ont déjà entendu parler, entre copines. Ou lors de réunions d’informations qui ont été faites dans le cadre scolaire ou para scolaire. Elles ne tombent pas des nues quand je leur explique que nous allons nous revoir dans quelques mois pour faire ces deux injections pour protéger leur utérus. Utérus, elles savent, elles connaissent, plus ou moins bien certes. Les parents sont également mieux informés, désormais. Et demandeurs de ce vaccin.

Les garçons, c’est une autre histoire: ils n’ont pas réellement d’idée là dessus. L’utérus, ca ne leur parle pas. Alors le K du col de l’utérus encore moins.

C’est donc une occasion rêvée pour le pédiatre que je suis, de faire prendre conscience au jeune adolescent de 11 ans (ou plus) de quoi il s’agit:

  • le cancer, tu sais ce que c’est?
  • sais tu que les filles ont un utérus?
  • Ca leur permettra plus tard de porter un bébé.
  • Sais-tu qu’il existe un vaccin qu’on fait aux filles depuis de nombreuses années pour les protéger contre cette grave maladie?
  • Sais tu que désormais, on fait aussi ce vaccin aux garçons, car plus tard, quand tu seras en âge d’avoir une « amoureuse », tu seras aussi protégé et ca évitera que tu lui transmettes le virus responsable de ce cancer.
  • Es-tu d’accord?
  • Comprends-tu qu’en te vaccinant (tu vas souffrir un peu, mais c’est pas grand chose), tu vas protéger une autre personne que tu ne connais pas encore.
  • L’idée te plait?
  • Et en même temps il y a une égalité entre filles et garçons: pas de raison que ce soit que les filles qui aient une piqure, qu’en dis-tu?

Toutes ces phrases, prononcées en présence du ou des parents, je les ai peu à peu rodées, et je m’aperçois que les garçons sont contents de la confiance que leur témoigne le praticien qui est en face d’eux. Ils se sentent valorisés, mieux instruits.

D’autant qu’il y a un rappel 6 mois plus tard et qu’on peut alors refaire le point.

Respect de la femme

Et si l’adolescent semble à l’écoute, je peux aller plus loin dans l’idée du respect de la personne, d’autrui.

Du respect que l’homme doit avoir envers la femme.

Ca se continue là.

Pour nous pédiatres, c’est un outil dont nous ne devons pas nous priver.

 

Vaccin HPV : le Gardasil 9 désormais remboursé pour tous les garçons

La vaccination anti-HPV par Gardasil était recommandée jusqu’à présent chez les filles de 11 à 14 ans et en rattrapage jusqu’à 19 ans, chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes jusqu’à 26 ans (HSH) et chez les personnes immunodéprimées indépendamment du genre.

En décembre 2019, la Haute Autorité de santé avait recommandé la vaccination anti-HPV des deux sexes, et non seulement des jeunes filles, afin de pallier la faible couverture vaccinale des filles (24 % pour le schéma complet) tout en évitant toute « stigmatisation, à un âge où leur préférence sexuelle n’est soit pas connue (par l’individu et son entourage), soit non affirmée ».

Plus de 6 000 nouveaux cas de cancers, induits par les papillomavirus, sont enregistrés chaque année en France, dont près de 25 % touchent des hommes. « Environ 90 % des cas de maladies HPV induites sont liés à des types d’HPV ciblés par le vaccin Gardasil 9 », rappelait la HAS dans son avis de 2019.

Le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) Gardasil 9 est désormais remboursé pour les garçons de 11 à 14 ans, depuis ce 8 décembre, en vertu d’un arrêté publié dans le « Journal officiel » du 4 décembre.

Lire aussi ICI

Et ICI

 

 

Les 5 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille et aux Editions Hatier

  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Nouvelle édition Hachette Famille 286 pages 17,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « 140 jeux d’éveil pour préparer mon enfant à la maternelle » Hatier Editions, 13,50€ DisponibleICI

 

C’est désormais 5 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette  et Hatier, distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.