Vaccin contre le rota virus = après une phase de recommandation, la prudence est de mise !

C’est le Haut Conseil de la santé publique qui parle dans ses dernières recommandations préconisant ce vaccin (deux doses à avaler à un mois d’intervalle à 2 et 3 mois de vie), en clair pour les nourrissons de moins de 6 mois (après l’immunité ne sera plus bonne).

Les gastro entérites à rotavirus sont responsables en France d’environ 14 000 hospitalisations annuelles d’enfants de moins de trois ans. Et d’un nombre de décès estimé entre 7 à 17 par an, sans compter les maladies nosocomiales contractées pendant le séjour.

Cette vaccination permet de réduire le taux d’hospitalisation de 80% !

Ce vaccin peut être coadministré avec d’autres vaccins habituels de calendrier vaccinal.

Le risque de survenue d’invagination intestinale aigue après le vaccin est extrêmement faible et mieux connu (moins de 6 cas pour 100.000 enfants vaccinés), cela plaide dont en faveur du vaccin pour les raisons vues plus haut.

Rappelons que les effets bénéfiques des vaccins ne sont pas visibles, puisque c’est justement leur rôle: ne pas attraper la maladie concernée. Nombre d’adultes sont en vie grâce aux vaccins, mais ils ne le savent pas…

 

Mais hélas des rares effets secondaires à type d’invagination intestinale aiguë font revoir depuis le printemps 2015 ses indications.