38 laboratoires unis pour lutter contre la tuberculose, nouveau vaccin?

Tuberculose due au bacille de Koch BK

A l’initiative de Bruxelles et de la direction générale de la Recherche,  » Action clef maladies infectieuses « , un groupement de 38 laboratoires de recherche, se mobilise en permamence pour accélérer le développement de vaccins contre la tuberculose et pour, à terme, éradiquer la maladie.

La tuberculose tue 2 millions de personnes par an. Le BK est le microbe le plus destructeur de la planète. 22 pays réunissent plus de 80 % de tous les cas mondiaux. Fortes de ce constat, l’OMS, l’Union internationale de lutte contre la tuberculose et les instances européennes ont décidé la mise au point et l’analyse comparative de plusieurs candidats vaccins existants, car la vaccination reste le seul moyen d’éradiquer la maladie.

En effet, l’actuel vaccin BCG n’est pas efficace à 100%, en particulier contre de nouvelles souches de BK, plus résistantes.

Travail multidisciplinaire

Dans ce but, il faut associer les efforts des recherches académiques et industrielles, ce que vont faire 38 laboratoires sous l’égide de la Commission européenne. Brigitte Gicquel, chef de l’unité de génétique mycobactérienne à l’Institut Pasteur à Paris, coordinatrice de ce projet européen appelé  » TB Vaccine Cluster « , explique la démarche :  » Il faut souligner la valeur du travail multidisciplinaire qui réunit autour de ce projet des généticiens, des spécialistes du génome, des immunologistes, des industriels et des biochimistes. « 

Un financement de 5 millions d’euros assure la viabilité du projet pour trois ans. Bruxelles, .. mais aussi Aventis Pasteur et SmithKline-Beecham contribuent à l’investissement.  La transparence et la rédaction précise de règles juridiques assurent le bon fonctionnement de ce projet inédit.  » Ce texte assure une crédibilité et rassure les différents partenaires du cluster « , ajoute la coordinatrice.

Ce nouveau vaccin n’est pas encore prêt

Sur le terrain, plusieurs sites de tests sont prévus pour envisager différents types de réactions sur des populations variées. Les pays partenaires sont ceux qui, comme le Gabon, sont déjà bien engagés dans la lutte contre la tuberculose. Leur profil se définit selon des caractéristiques d’incidence tuberculinique élevée, d’accessibilité au traitement pour tous et de réponse enthousiaste à l’investissement dans des structures de soins et de lutte contre la maladie. Il faut agir vitre. En 1993, la tuberculose avait été déclarée urgence mondiale par l’OMS. L’épidémie de SIDA et l’émergence de bacilles multirésistants aux antibiotiques contribuent à aggraver l’impact de la maladie.

Nouveaux cas 1 milliard !

Entre 2000 et 2020, près d’un milliard de personnes seront nouvellement infestées si aucune amélioration n’est apportée dans le controle de cette infection.

L’Afrique subsaharienne, certaines régions d’Asie, mais aussi à nos portes , des pays d’Europe de l’Est sont concernés.

Pour le moment, nous ne vaccinons en France (avec l’ancien BCG) que les populations dites à « risque »

Le BCG

La vaccination par le BCG (Bacille Calmette et Guérin) est le seul moyen de se protéger contre la tuberculose. Elle limite le risque de développer l’infection et prévient les formes graves de la tuberculose chez les jeunes enfants. Son efficacité varie de 75 à 85 %.

Cette vaccination n’est plus obligatoire depuis 2007. Cependant, le vaccin reste recommandé dès l’âge d’un mois pour les enfants qui présentent un risque élevé de tuberculose :

  • antécédent familial de tuberculose ;
  • enfant résidant en Guyane ou à Mayotte (et dans certains cas en Île-de-France) ;
  • enfant né, ou devant séjourner dans un pays de forte endémie tuberculeuse ;
  • enfant dont au moins un des parents est originaire d’un de ces pays ;
  • toutes autres situations jugées à risque par le médecin.

Le vaccin peut également être proposé jusqu’à 15 ans chez les enfants à risque élevé et ceux qui n’ont pas encore été vaccinés. Pour éviter de vacciner un enfant qui aurait été contaminé, le dépistage de la tuberculose est recommandé à partir de l’âge de 3 mois. Ce dépistage se fait grâce à une intradermoréaction  (ou IDR), à la tuberculine.

Comment se fait le BCG?

  • une injection unique d’une demi-dose de vaccin sans IDR préalable à l’âge de 1 mois révolu (sauf à Mayotte et en Guyane où la vaccination néonatale est maintenue) ;
  • une injection unique d’une demi-dose de vaccin après une IDR négative, pour les nourrissons de 3 à 11 mois révolus ;
  • l’injection d’une dose de vaccin après une IDR négative à partir d’un an.
Les 4 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre