Crèche, garderie ou multi-accueil pour mon enfant? Que choisir?

Les premiers mois ont passé et voilà que vous envisagez de laisser votre enfant en garde. Vous aurez certainement déjà anticipé avant même d’accoucher (faites-le dès le 6e mois), car parfois les places sont difficiles à trouver, surtout comme par hasard près de chez vous ou de votre lieu de travail. Quoique certaines mairies font beaucoup d’efforts qui sont très palpables.

Suis-je mauvaise mère parce-que je le confie à la crèche? 

Non, ne vous sentez pas mauvaise mère parce que vous confiez votre enfant à quelqu’un d’autre. Souvent, vous n’aurez pas le choix car il vous faut reprendre le travail. Ou parce que vous n’avez aucune famille à proximité. Ou tout simplement parce que vous voulez avoir des demi-journées pour vous et aller vous aérer loin des couches. Votre bien-être s’en ressentira et votre enfant saura apprécier que vous soyez détendus. Votre couple aussi.

Sachez aussi que ce sera plus facile de confier votre enfant vers 3/4 mois plutôt que vers 8/9 mois; en effet à cet âge, il entre dans l’âge de l’angoisse de la séparation et l’adaptation prendra un peu plus de temps.

.

.

Il existe des sites qui peuvent vous aider à faire votre choix:

Pour une baby-sitter ou une nounou:

  • http://www.kangouroukids.fr/ : pour la recherche d’une garde d’enfants à domicile.
  • https://yoopies.fr/ : pour trouver une garde d’enfants, et d’autres services pour plus tard quand il sera grand.
  • http://www.yoopala.com/
  • https://www.famihero.com/fr/

Pour une garde partagée ou faire garder votre enfant à domicile:

  • http://www.family-sphere.com/
  • http://www.babychou.com/

Pour trouver une place en crèche:

  • http://www.maplaceencreche.com/ : un réseau de plusieurs centaines de crèches en France.
  • http://moncompte.creche-attitude.fr/ : crèche attitude.
  • et bien sûr le site de votre mairie.

Quels modes de garde existent et quels sont leurs avantages et leurs inconvénients?

L’assistante maternelle agréée (autrefois appelée nourrice):

Les moins ressentis de votre point de vue de parents:

  • N’oubliez pas qu’elle a droit à ses congés payés et donc à ses absences. Soit 30 jours par an. Et c’est bien normal. D’autant qu’elle ne sont pas hyper bien payées.
  • En cas de maladie, vous en serez pour votre pomme et il vous faudra un plan B.
  • Gare aussi aux assistantes maternelles qui n’acceptent pas les arrêts maladie, sous prétexte de ne pas manquer: elles peuvent alors contaminer votre propre enfant. C’est tout à leur honneur, mais le mieux est l’ennemi du bien, comme on dit.Cela montre qu’elles s’investissent bien dans leur métier.
  • vous ne saurez jamais vraiment ce qui se déroule. N’hésitez pas certains jours à venir chercher votre enfant une heure plus tôt pour voir comment ça se passe. Si votre enfant était devant la télé, pas bon. Si elle est en train de lui montrer des images ou de lui raconter une histoire, c’est mieux.Mais ce qui est important, c’est de lui faire confiance. Elles font un super job et la réciprocité doit être de mise.
  • Attention à l’entourage : que ce ne soit pas le compagnon qui garde votre enfant pendant que l’assistante maternelle va faire autre chose. 

Les plus:

  • Horaires plus flexibles
  • moins d’enfants
  • petite structure.
  • Elles font un super job, et sont disponibles pour votre enfant.
  • meilleure disponibilité. C’est un contact très privilégié que votre enfant aura avec l’assistante maternelle. Elles font un travail qui demande beaucoup de patience et d’écoute. Vous leur confiez votre petit bout, prenez le temps d’échanger avec elle, de parler, parfois de vous confier un peu, elle comprend alors mieux pourquoi votre bébé montre telle ou telle difficulté.

Les points à vérifier avant de la choisir, mais aussi par la suite:

  • Si ça sent le tabac chez elle ou sur elle, enfuyez-vous.Heureusement c’est exceptionnel.
  • La première rencontre sera primordiale: quel ton utilise-t-elle (est-elle du genre je sais tout, c’est moi qui vais apprendre à votre enfant à tenir la cuiller, etc. : c’est bof), quels types de questions vous pose-t-elle, est-elle avenante. Très important de vous sentir tout de suite bien avec elle.
  • Assurez-vous qu’elle est disponible, qu’elle ne bougonnera pas si parfois vous êtes en retard.
  • Combien d’enfants garde-t-elle?
  • Jetez un coup d’oeil sur son intérieur: est-ce propre, bien entretenu, quel est l’état de sa cuisine.
  • Y a-t-il des animaux domestiques?
  • Regardez comment se comportent le ou les enfant(s) actuellement gardés par elle: ont-ils l’air heureux d’être là?
  • Une fois que vous l’aurez choisie, il est important que vous dialoguiez souvent avec elle, pour savoir comment ça se passe pour votre enfant. Inversement, tenez là informée de vos projets (vacances, absences, autre projet de maternité).
  • N’hésitez pas à parler avec les parents des autres enfants gardés par elle. Avec les voisins. Avec votre pédiatre, il la connait peut-être. Ca vous rassurera.
  • Vous verrez également quel sera le comportement de votre bébé quand vous le récupérerez le soir. S’il est agité, qu’il pleure, qu’il est énervé et que le déposer le lendemain pose problème, il vous faudra en parler avec elle calmement.

.

.

La nounou (la baby sitter):

Ici, vous embauchez une personne formée qui viendra à votre domicile pour garder et s’occuper de votre enfant.

Il est important que ce soit une personne de confiance, car vous lui confierez et votre bébé et les clés de votre appartement.

C’est une solution utile au cas par cas, pour des périodes données ou pour gérer vos absences ponctuelles dans la semaine ou le soir.

La nounou peut aussi interrompre son contrat sans crier gare parce qu’elle a d’autres projets ou quelle tombe enceinte, par exemple.

Les points à vérifier avant de la choisir sont à peu près les mêmes que pour une assistante maternelle.

La garde partagée:

C’est une solution sur mesure. Vous vous mettez d’accord avec un autre couple pour faire garder vos enfants respectifs par une même nounou, la moitié du temps chez vous, l’autre moitié dans l’autre famille.

C’est donc vous qui la recrutez et qui lui donnez un cahier des charges. Cet élément est très important pour éviter tout conflit ultérieur.

Pour la trouver, c’est souvent le bouche à oreilles, les copines, le pharmacien, les petites annonces chez les commerçants, le voisinage, le gestionnaire de votre immeuble. Choisissez quelqu’un qui n’habite pas trop loin de chez vous.

Les avantages:

  • des horaires bien adaptés à vos propres besoins, à condition que l’autre famille soit en phase avec vous.
  • votre enfant conserve une bonne partie de ses repères puisqu’il est gardé la moitié du temps chez vous.
  • s’il est malade, au moins sera-t-il gardé…à la maison.

Les inconvénients:

  • pas donné tout de même
  • recrutement un peu aléatoire, car aucune formation n’est exigée.
  • il vous faut bien vous entendre avec l’autre famille.
  • les principes éducatifs doivent bien ciblés et accordés avec l’autre famille. (heure de la sieste, repas, régime alimentaire, jeux, etc.)
  • Au-delà de 40 heures par semaine, elle devra être payée en heures supplémentaires.
  • Il faut y ajouter les frais de repas souvent
  • vous pourrez faire une réduction d’impôts pour 50% du salaire, dans la limite de 15 000€ par an, 7 500€ maximum par famille.

La crèche:

C’est le mode de garde le plus usité.

Il y a toute sorte de crèches: d’entreprise (proposée par votre entreprise, mais ce n’est pas fréquent), familiale (il s’agit d’une assistante maternelle agréée auprès d’une crèche; votre enfant sera donc à la fois gardé chez elle et accompagné/cherché par elle à la crèche pour quelques séjours dans la semaine, très commode si vos horaires de travail se terminent après la fermeture de la crèche), parentale (créée par des parents et régie par eux, mais accompagnés par des professionnels de la petite enfance), ou collective (proposée par votre municipalité à condition que les deux parents travaillent ou soient étudiants).

Les avantages:

  • vous serez toujours parfaitement tenus au courant de ce qui s’y passe.
  • de nombreux projets éducatifs s’y déroulent, encadrés par des animatrices, faisant partie de l’équipe pédagogique, formée à la petite enfance.
  • le respect des rythmes biologiques de votre enfant. (sommeil, heure de repas, jeux).
  • un pédiatre est attaché à chaque crèche. Son rôle est de faire une petite visite d’admission pour vérifier que tout va bien, de jeter un oeil sur son carnet de santé (vaccins, antécédents médicaux, terrain allergique). Il veille aussi à l’alimentation, l’hygiène des lieux, et gère les épidémies. Il ne peut en aucune manière prescrire un médicament pour votre enfant, c’est le rôle de votre propre médecin. Il pourra aussi une ou deux fois dans l’année participer à une réunion avec les parents sur une thématique choisie par eux.

Les inconvénients:

  • la transmission des virus et des bactéries en de petites épidémies. Malgré toutes les précautions prises par le personnel (lavages fréquents des mains, gestion optimisée de la circulation des déchets (couches, mouchoirs), désinfection des tables de changes, port de masques), votre enfant ne pourra éviter les classiques rhinites, rhino pharyngites ou autres gastro-entérites qui devront parfois vous obliger à garder votre enfant à la maison un, deux voir trois jours d’affilée. Prévoyez des plans B. Voire article 87 « Il a été en contact d’enfants qui ont une maladie infantile : que faire ? » Dans ces situations, la responsable de la crèche, confortée par le pédiatre référent, vous demandera ou non, de récupérer votre enfant en vous appelant sur votre portable. Restez disponible. Les parents qui ne décrochent pas, c’est mal vu, vous vous en doutez.
  • En cas de problème grave, si vous n’êtes pas joignable, le SAMU est appelé.
  • les heures d’ouverture et de fermeture sont strictes.
  • il y a toujours un mois de fermeture annuel.
  • les règles doivent être respectées par tous les parents. Si un enfant a de la fièvre, il peut arriver que certains d’entre eux, peu sourcilleux et craignant de manquer leur travail, lui mettent un suppositoire de doliprane et le déposent à la crèche…sans rien dire. À éviter. La vérité finit toujours par éclater. Chaque parent doit être réglo.

La micro-crèche:

C’est une structure d’accueil pour les enfants à partir de 2 mois et demi, pour un maximum de 10 enfants.

Pour des accueils réguliers ou ponctuels.

Il n’y aura donc qu’une section unique, quel que soit leur âge.

L’accueil des enfants sera plus personnalisé.

La formation des personnels n’est pas la même que dans une crèche traditionnelle ( dans une micro crèche, les personnes qui s’occupent des enfants ont tous le CAP petite enfance avec minimum deux ans d’expérience ou bien le diplôme d’assistante maternelle avec trois ans d’expérience.).

La Halte-garderie:

Elle permet aux parents de faire garder leur enfant de manière ponctuelle, certains jours.

Elle va fonctionner comme une crèche, avec des activités du même ordre. Mais en général avec une équipe pédagogique moins étoffée.

Il ne peut y avoir plus de 60 enfants accueillis, chacun d’entre eux ne pouvant y aller que maximum 3 demi-journées par semaine.

Les multi accueils:

Ça devient la tendance, c’est un « mix » entre crèche et halte-garderie. À la carte.

La crèche multi accueil propose un mode de garde plus souple que les crèches conventionnelles en permettant l’accueil des enfants en halte-garderie (accueil occasionnel) et/ou en crèche collective (accueil régulier). Certaines structures combinent aussi de l’accueil familial et de l’accueil collectif.

Les structures multi accueils proposent des amplitudes horaires assez larges qui correspondent aux horaires “classiques” de travail, à savoir 7h30 à 18h30.

Les crèches accueillent les enfants de 1 à 5 jours par semaine, de façon régulière, occasionnelle, ponctuelle ou d’urgence.

La crèche multi accueil peut être de différents types, gérée par les parents, en micro crèche ou en crèche collective, l’environnement sera totalement différent pour l’enfant comme nous l’avons vu plus haut.

Quelques conseils:

Investissez-vous auprès du mode de garde que vous avez choisi pour votre enfant. Ne laissez pas tout faire par eux, vous pourriez avoir l’impression d’être dépossédé de certaines étapes dans les acquisitions de votre enfant: tenir sa cuiller, diversification alimentaire, premiers pas, tenir son biberon.

Prenez parfois le temps pour vous approprier les lieux, sans pour autant mettre mal à l’aise la personne qui s’occupe habituellement de votre enfant. C’est un subtil équilibre qui va s’installer et tout le monde en profitera. Ce qui compte, c’est la confiance.

Les 4 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant n’est pas propre – 7 solutions » Hachette Famille 65 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais 4 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre