Le moustique tigre bien installé en France : quelles précautions? Comment agir auprès des enfants pour les protéger des moustiques en général?

Tout ce qui vole n’est pas moustique et tout moustique n’est pas un moustique tigre! 

Le moustique tigre fait peur rien que par son appellation. On en a entendu pas mal parler en 2015 et 2016, en particulier à cause des maladies qu’il véhicule: il est le vecteur du chikungunya et de la dengue en particulier ou aussi le zika. Pour transmettre ces maladies, il faut qu’il ait préalablement piqué une personne infectée peu avant. Rares sont les porteurs de ces virus en France.

Il est d’origine d’Asie du Sud-Est. On l’appelle aussi « Aedes albopictus ». Il fait partie des 8 espèces les plus répandues dans le monde. On le trouve sur tous les continents et il est apparu en France en 2004. On le trouve en Alsace, dans le Sud-Ouest, et on considère qu’en 2030, il sera présent sur tout le territoire.

Le moustique tigre établit le plus souvent ses quartiers chez des particuliers, dans de petites réserves d’eaux stagnantes. Une fois installé dans votre jardin, il est très difficile de l’en déloger.
Pour le reconnaître à coup sûr, cliquez ICI.

Vous pouvez également signaler la présence de moustique tigre dans votre lieu d’habitation en cliquant ICI.

Comment protéger son enfant des agressions des moustiques?

Attention: beaucoup d’appareils anti moustiques (insecticides, répulsifs, diffuseurs, etc.) sont très peu efficaces. Et dangereux en dessous de l’âge de 12 ans. Donc en fait DANGEREUX pour tous finalement.

Il y a plusieurs manières de se protéger contre les moustiques : les répulsifs (pour les éloigner), les insecticides (pour les tuer) et les produits non chimiques.

Puis-je utiliser un répulsif ou un antimoustique ?

Tout ce qui est répulsif et insecticide antimoustiques en bombe, spray ou lotion est déconseillé avant l’âge de 30 mois.

Il y a en effet, pour les répulsifs, une concentration de produits chimiques (par exemple le diéthyltoluamide DEET qui est le produit le plus utilisé _ à condition d’être à une concentration de plus de 30% _et le plus efficace. Mais il y aussi l’IR 3535, à l’icaridine, au citriodiol, aux extraits de plantes, à la citronnelle ou une huile essentielle) qui peut avoir des impacts négatifs sur la santé de votre bébé (risque de toxicité nerveuse avec apparition de convulsions).

Il en va de même pour les insecticides (bombes) qui contiennent des produits chimiques (transfluthrine, tétraméthrine) qui sont toxiques et qu’il faut éviter dans la chambre d’un bébé.

Dans la catégorie insecticide, il y a aussi les diffuseurs électriques qui utilisent pratiquement tous des pyréthrinoïdes, pas toujours efficaces, et à éviter dans la chambre d’un bébé. Ils peuvent l’être après 1 an, à condition de bien aérer la chambre avant d’installer bébé pour dormir.

Que faire pour se prémunir des moustiques dans sa chambre ?

  • La première chose à faire est d’éviter la lumière dans sa chambre alors que la fenêtre est ouverte
  • Ensuite de vérifier qu’il n’y a pas de coupelles pleines d’eau à l’extérieur près de la fenêtre : les larves d’insectes s’y développent
  • Si vous le pouvez, installez une moustiquaire sur sa fenêtre, c’est un bon vieux système qui est efficace
  • Une moustiquaire au-dessus de son lit est un moyen pour le protéger, car les moustiques aiment bien la peau des bébés, attirés par la longueur d’onde de leur peau claire ; vous pouvez utiliser une moustiquaire déjà imprégnée avec un répulsif qui ne sera pas dangereux pour votre bébé, puisque pas en contact avec sa peau. Vous pouvez également choisir une moustiquaire non imprégnée, quitte à vaporiser un répulsif vous même sur celle-ci. Attention cependant à ne pas vaporiser dans les 4 heures avant utilisation au-dessus de votre bébé. Enfin, il faut savoir que les répulsifs d’imprégnation ont une durée de vie limitée (quelques heures).
  • Un ventilateur simple disposé près du lit de bébé, et dirigé vers l’extérieur peut être utile, car les moustiques n’ont pas de résistance au vent. Il faut un ventilateur peu bruyant pour ne pas gêner votre enfant.

Y a-t-il des produits plus écologiques ?

 

Tous les produits naturels à base de plantes, que ce soit des extraits, des huiles essentielles ou de la citronnelle ne protègent pas, en particulier un bébé. De plus, ils sont à éviter chez un tout petit qui est en plein développement de son olfaction.

Et les répulsifs alternatifs ?

Devant le risque chimique des répulsifs classiques vus plus haut, des alternatives sensées être plus douces apparaissent sur le marché : on trouve ainsi des bracelets à mettre autour du poignet, des bougies à la citronnelle, des flacons et des sprays d’essences végétales (géranium ou citronnelle), des plaquettes d’huiles essentielles, des lampes à ultra-violets (pour l’extérieur), des appareils à ultrasons, des porte-clés et depuis peu de temps des appli antimoustiques sur smartphone. De sérieuses études faites en laboratoires montrent qu’ils sont inefficaces. Rappelons que ce sont les moustiques femelles qui piquent et aucun de ces produits ne les arrête.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre