L’épidémie de grippe hiver 2017/2018 : le bilan alors que ce n’est pas terminé! (début mars 2018)

Un excès de mortalité malgré tout lié à la grippe

Alors que l’OMS est en train de choisir les souches entrant dans la composition du futur vaccin,Santé Publique France et le réseau de surveillance européen tirent les premiers constats de l’efficacité du vaccin actuel et de l’impact de l’épidémie grippale toujours en cours en France (stagnation du nombre de consultations la semaine dernière).
 
En fonction de la souche grippale concernée, cette efficacité chez les personnes de plus de 65 ans en ambulatoire s’avère pour le moment modérée (61 % : virus B, majoritaire depuis début février) à élevée (78 % : virus A[H1N1]pdm09) en France, avec cependant des intervalles de confiance très larges. 
 
En Europe, l’efficacité globale paraît moindre (15 à 46 %) mais, paradoxalement, cela ne semble pas lié au virus B/Yamagata, non inclus dans le vaccin annuel et majoritaire en dehors de la France depuis le début de l’épidémie.

Article publié sur le site Vidal.fr

Santé Publique France et les organismes de surveillance en Europe font aussi le point sur l’excès de mortalité constaté et sur les séjours en réanimation.

En France, le nombre de consultations a stagné, ralentissant la décroissance de l’épidémie 
Le pic vaccinal a été atteint début janvier 2018 (voir notre article).
 
Depuis, la décroissance du nombre de consultations pour syndrome grippal est relativement lente, avec même une stagnation en semaine 7 (12 au 18 février) :

  • 207 consultations pour 100 000 habitants en médecine ambulatoire, contre 206 en semaine 6 (5 au 11 février).
  • 11 % des consultations de SOS Médecins pour syndrome grippal, comme en semaine 6.
  • 4 432 passages aux urgences pour syndrome grippal, dont 625 hospitalisations en semaine 7 (en semaine 6 : 4 034 passages, 498 hospitalisations)

.

.

 
En conséquence, tous les départements de France métropolitaine sont encore au stade épidémique :

Depuis le début de l’épidémie, près de 2000 personnes ont été admises en réanimation en France :

  • L’âge moyen des cas est de 58 ans.
  • 78 % présentaient des facteurs de risque (maladie chronique, âge supérieur à 65 ans, etc.).
  • 56 % n’étaient pas vaccinés (lorsque le statut vaccinal était renseigné)
  • Dans 71 % des cas, un virus A a été identifié (circulation majoritaire jusqu’en janvier 2018, cf. infra).
  • Parmi les  cas admis en réanimation, 286 sont décédés.

Un vaccin relativement efficace en France, même si les données sont encore peu précises

En médecine ambulatoire, l’efficacité du vaccin était de 60 % chez les personnes de 65 ans et plus, selon les premières estimations du Réseau Sentinelles, avec un intervalle de confiance large [IC 95 % : 31 – 77], soulignant la difficulté d’établir précisément cette efficacité protectrice.
 
Virus par virus, cette efficacité se situerait à 78 % [IC 95 % : 49 – 90] contre les virus A(H1N1)pdm09 et à 61 %  contre les virus ce type B, là aussi avec un large intervalle de confiance [IC 95 % :  21 – 81].
 
En milieu hospitalier, l’efficacité du vaccin à éviter une forme sévère de grippe conduisant à une hospitalisation, selon l’étude FLUVAC, était de l’ordre de 44 %, avec un intervalle de confiance encore plus large [IC 95 % : 4-67].

En conclusion : une grippe qui dure, s’avère moins sévère que l’année dernière et rappelle la nécessité de progrès du côté des vaccins
Après un pic assez rapide, l’épidémie grippale diminue lentement en Europe. La vague de froid venue de Sibérie attendue pour les prochains jours ne va pas forcément accélérer son déclin…
 
Par contre, le nombre d’hospitalisations et l’excès de mortalité sont, pour le moment du moins, inférieurs à l’épisode 2016-2017.
 
Enfin, même si l’efficacité vaccinale paraît supérieure à l’année dernière, elle restepartielle et soumise aux aléas : mutation d’une souche existante (voir notre article), émergence d’une nouvelle souche.
 
Cette vaccination est donc utile pour diminuer les risques de contracter une grippe, en particulier en cas de facteurs de risque de gravité, mais elle ne protège pas suffisamment, d’où l’importance des mesures barrières :

 Il paraît donc toujours nécessaire de parvenir à l’élaboration et de la commercialisation d’un vaccin plus « réactif » (fabrication plus rapide permettant de réagir aux souches circulantes) ou, encore mieux, d’un vaccin universel qui protégerait contre toute forme de grippe.

Lire la totalité de l’article ICI

Les 3 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais 3 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre