Les perturbateurs endocriniens: désormais dans les cheveux de nos enfants !

Dans les volants des voitures, les cosmétiques, un peu partout en somme?

Les perturbateurs endocriniens (PE), vous en avez forcément entendu parler, on les trouve hélas partout: pesticides, mais aussi pollution par les rejets de l’activité industrielle dans la nature, dans nos emballages, nos intérieurs (fenêtres PVC, revêtements plastiques, tissus traités, moquettes), dans nos cosmétiques (crèmes de soins, crèmes à raser, rasoirs jetables, etc.), dans le volant de nos voitures, etc.

Certains noms vous diront quelque chose: le distilbène (médicament utilisé pendant pas loin de trente ans pour limiter les risques de fausse couche chez les femmes enceintes_heureusement c’est interdit depuis longtemps à cause des malformations qui ont été induites chez les nouveau-nés et même pour les petits enfants), les phtalates, le bisphénol A, les dioxines, les parabènes, le triclosan, etc.

Mais depuis peu, dans les cheveux de nos enfants aussi !

Une étude publiée récemment dans le magazine 60 millions de consommateurs a retrouvé en moyenne 34 perturbateurs endocriniens dans les cheveux de 43 filles et garçons âgés de 10 à 15 ans. Les plus contaminés en comptabilisent jusqu’à 54, les moins 23, parmi les 254 substances recherchées pour l’étude. « Aucun enfant n’est épargné. Nous sommes au bord d’une crise sanitaire majeure », s’alarme Kévin Fournier, ingénieur à l’Institution national de la consommation qui a réalisé les tests.

Depuis plusieurs années, 60 Millions traque sans relâche les perturbateurs endocriniens, suspectés ou avérés, présents dans les aliments, les cosmétiques et produits d’hygiène (maquillage pour enfants, couches-culottes, lingettes pour bébé, tampons et protections féminines) et beaucoup d’autres produits du quotidien (couettes, vêtements…).

La définition des PE:

Adoptée par l’OCDE en 2001, on considère comme perturbateur endocrinien toute substance extérieure à l’organisme qui, seule ou mélangée, va modifier les fonctions du système endocrinien de l’homme et va provoquer des effets néfastes sur la santé des sujets sains jusqu’alors, mais aussi sur leur descendance.

Ça fait peur. La plupart de ces produits sont issus de la pétrochimie et on les trouve donc partout. Et c’est avec le recul, et grâce à l’accumulation des retours et des données épidémiologiques, et la collaboration des ministères de la Santé des pays les plus concernés, et il faut bien le dire aussi la vigilance d’associations de consommateurs, que l’alerte est lancée et qu’on commence à en savoir davantage.

Les effets néfastes:

On les connait mieux, désormais. Ils peuvent être impliqués dans la plupart des maladies chroniques dont la fréquence a tendance à augmenter justement: cancers hormono-dépendants, atteintes de la fertilité, syndromes métaboliques, pathologies comportementales, etc.

Assiste-t-on à l’apparition d’un tournant dans notre compréhension de ces pathologies ? L’OMS parle de nouvelle épidémie mondiale.

Des périodes cruciales:

On sait que certaines périodes dans la croissance de l’être humain sont plus sensibles que d’autres, en ce qui concerne la vulnérabilité face à ces PE: la période foetale au cours de laquelle des évènements pathogènes peuvent être initiés (malformations, diabète pour plus tard, retard de croissance, hypotrophie, lésions sur la vision, etc.), quitte à ne se manifester cliniquement que beaucoup plus tard quand l’enfant sera devenu adulte.

Et autre période: celle de la croissance de l’enfant vers l’adolescence.

Autant dire toute la vie qui est impactée.

Troubles sur la différenciation sexuelle.

Les perturbateurs endocriniens (PE) peuvent  faire croire à l’organisme qu’ils sont de vraies hormones. Ils les simulent, en fait. Du coup ils vont occuper les récepteurs chimiques, ils vont mimer les hormones thyroïdiennes par exemple, voire les hormones stéroïdiennes (sexuelles par exemple), pouvant agir ainsi dès la conception, sur la croissance, la fécondation et le développement ou la programmation des fonctions dites cellulaires: c’est-à-dire qu’ils peuvent de la sorte atténuer les différences sexuelles de l’apparence (augmentation de l’incidence des malformations génitales chez les petits garçons (hypospadias, testicules pas descendus, etc.)), mais aussi une altération de la concentration spermatique chez l’homme, mais aussi le comportement de l’individu. On parle de modification du dimorphisme sexuel. Ce qui se traduit par exemple par des caractères physiques féminins chez un homme. Et réciproquement. De nombreuses équipes dans le monde travaillent sur le sujet.

Répercussion sur la femme enceinte, mais aussi sur ses enfants et ses petits enfants !

Une exposition « in utéro », c’est-à-dire pendant qu’une femme est enceinte, va toucher 3 générations, c’est désormais prouvé.

  1. la mère elle même au niveau de ses gonades (ses organes reproducteurs)
  2. ses enfants, par le fait d’avoir été exposés alors qu’ils étaient dans « son ventre » vont subir des troubles du développement et/ou des atteintes de type fonctionnelles ou métaboliques (obésité? trouble des cheveux? problèmes de croissance? Stérilité?etc.)
  3. les petits enfants, car eux-mêmes sont issus de gamètes (cellules sexuelles) ayant été exposés en période prénatale, et qui peuvent par ce fait subir les mêmes problèmes que leurs parents.

Ces effets transgénérationnels sont parfois même plus intenses que la génération précédente, cela s’est démontré en laboratoire. On parle alors d’effets épigénétiques: ce n’est pas le génome en lui-même qui est atteint, mais des défauts « métaboliques » au niveau des gènes qui sont perturbés, donc leur propre expression qui va être mauvaise.

Il faut donc apprendre à déceler les familles qui ont été exposées à de tels perturbateurs: c’est le cas du Distilbène.

Que faire?

Éviter d’être exposé au PE est mission impossible, ils sont partout. Je n’ai pas parlé de ceux présents dans l’encre des tickets de caisse, dans les huiles essentielles, dans les plantes aromatiques, dans les maquillages pour enfants, etc.

Notre mode de vie actuel fait que nous les côtoyons, ils font partie de notre « confort » de vie.

Retourner au puits pour chercher de l’eau nous évitera certes d’user de bouteilles en plastiques avec ses PE. Mais sommes-nous prêts à aller jusque là? D’autant alors que l’eau tirée du puits montrera d’autres problèmes (polluants de surface liés à nos usages domestiques…).

Quelques pistes:

  • privilégier les produits frais (voir congelés: on pourra ainsi éviter le BPA et les phtalates provenant d’emballage alimentaire ou de boites de conserve
  • faire emballer la viande par des emballages biodégradables, voire comestibles, à base de polysaccharides= depuis quelques années ça devient la tendance
  • le label bio ne protège hélas pas de la présence de certains composants PE. En effet, le label bio répond à un cahier des charges drastique pour la production, pas pour la transformation du produit voire son acheminement
  • favoriser les fruits et les légumes, on le sait (sans compter leurs effets bénéfiques contre certaines maladies chroniques ou certains cancers).
  • diversifier l’alimentation, donc. Ceux qui privilégient chaque jour par commodité des plats prêts à l’emploi augmentent leur exposition.
  • C’est ainsi que l’usage de phyto-oestrogènes (compléments alimentaires) est vivement déconseillé chez la femme enceinte et pour les enfants de moins de 3 ans
  • surveiller les logos affichés sur les produits vendus.
  • Éviter les revêtements et emballages plastiques, et limiter la consommation de poisson gras à une fois par semaine.
  • aérer régulièrement vos espaces de vie.

Si vous voulez en savoir davantage, cliquez ICI. Un article qui explique ce qu’on peut faire pour essayer de « limiter » les dégâts.

 

 

 

 

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre