Le diabète chez l’enfant: le dépister le plus tôt possible pour éviter les complications

Dans notre pays, en France, environ 20 000 enfants et adolescents sont atteints de diabète (le type 1), plus de 100 000 en Europe, avec une légère hausse qu’on ne peut expliquer.

On contaste depuis quelques années que les enfants ont tendance à développer le diabète de plus en plus tôt: parce-qu’il est mieux dépisté? Incidence de l’environnement?

Toujours est-il qu’il est essentiel de le dépister tôt pour éviter que l’enfant ou l’adolescent ne développe des complications vasculaire, qui font partie des risques de cette maladie. (sur la rétine, sur les reins par exemple).

Un enfant qui a tendance à boire trop et trop fréquemment, et qui fait très souvent pipi, il faut y penser.

De même un adolescent qui a des maux de ventre inexpliqués..

Votre pédiatre prescrira une prise de sans, en particulier pour le dosage de la glycémie, qu’il n’est pas nécessaire de faire à jeun, car alors on peut passer à côté.

Au dessus de 2g/l de sang à n’importe quel moment de la journée (pas besoin d’être à jeun) est une confirmation du diagnostic.

La suite se traduira par la mise en route d’un traitement par insuline.

La prise en charge précoce a montré par exemple que les risques d’atteintes rétiniennes avaient chuté de 55% à 10% sur les dernières observations effectuées sur des larges cohortes de patients suivis.

Le traitement:

encore récemment, le principe du traitement était d’administrer deux injections d’insuline par jour (une le matin, une le soir); depuis le début des années 2000, la tendance est d’administrer une injection d’insuline dite rapide à chaque repas et une injection d’insuline dite lente le soir.

Les pompes à insuline: les résultats sont pour le moment (2015) décevants et une amélioration viendra probablement ce ce qu’on appelle les systèmes à boucle, où la mesure de la glycémie se fait en continu, avec des calibrages pré déterminés et d’autres qui sont ajusté toutes les douze heures.

pour en savoir davantage, cliquez ICI

 

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre