Herpès chez l’enfant: à quoi ça ressemble? que faire?

L’herpès est une infection virale liée à deux types de virus:  HSV1 et HSV2.  L’être humain est leur seul réservoir. La transmission se fait de manière interhumaine par contact direct avec les lésions et une peau lésée ou une muqueuse.

Beaucoup de personnes ont déjà été infectées par ces virus, parfois sans le savoir (petit bouton de fièvre au coin de la bouche par exemple). Il y a donc une majorité de la population qui est séropositive pour le type HSV1 à l’âge adulte. Cette contamination (on parle dans notre jargon de séroconversion, ce qui veut dire que des anticorps ont été fabriqués par l’organisme pour se défendre contre cette agression virale, et que donc ces anticorps restent présents et dosables dans le sang très longtemps) survient très fréquemment dans l’enfance.

Pour le type HSV1, on le voit plus volontiers dans les milieux socio-économiques bas (mauvaise couverture sociale, migrants, mauvaise hygiène, lieux d’habitation insalubre).

Quand un enfant (ou un adulte) est en contact pour la première fois avec le virus, on parle alors de primo-infection.

Au début, la période de multiplication des virus peut prendre du temps (on parle de réplication virale), et être le plus souvent asymptomatique. Le virus va alors se loger dans les ganglions du corps, en particulier au niveau du crâne et de la colonne vertébrale.

Une fois cette étape franchie, il y aura les fameuses « poussées » d’herpès chez l’enfant (comme chez l’adulte): les éruptions ou les symptômes seront alors souvent déclenchés par une poussée de fièvre (c’est pour ça qu’on parle de bouton de fièvre), au cours d’une infection autre, d’une fatigue, d’une exposition aux UV, d’une période de stress, ou de toute situation où l’immunité est abaissée.

Les premiers signes chez l’enfant:

Chez l’enfant, il est classique d’observer lors de la première infection, une atteinte de l’ensemble de la bouche (gingivo-stomatite herpétique), qui est très douloureuse, avec une perte de l’appétit qui peut vite se répercuter sur l’état général. Souvent associé à une fièvre et des gros ganglions le long du cou.

Unknown-1gengivostomatite

On voit cela surtout entre 1 et 3 ans.

Avant 6 mois, c’est très rare, car le nourrisson est encore protégé par les anticorps de la maman (pour peu que celle-ci ait été déjà infectée par le virus). C’est le plus souvent le virus HSV1. (le virus HSV2 est transmis par relation sexuelle, ce sera donc après l’adolescence).

Autres localisations possibles chez l’enfant:

  • dans le cas d’une atteinte génitale ou anale, il faudra éliminer bien sûr une maltraitance.
  • autres localisations cutanées (tête, cou, avant-bras, doigts, fesses, etc.): souvent par auto-inoculation (l’enfant s’infecte lui même à partir d’une localisation buccale par exemple), ou une transmission par un baiser (une personne qui est porteuse d’un « bouton de fièvre », ou lors d’un sport de contact (judo, etc.)

Capture d’écran 2015-10-27 à 13.06.58

Ne pas confondre l’herpès de l’enfant avec d’autres maladies:

  • Par exemple avec le zona: il n’est pas si rare et peut y ressembler avec son bouquet de vésicules isolées au début, qui vont ensuite s’étendre sur une zone bien précise.
  • ne pas confondre non plus avec un eczéma qui devient bulleux, avec prurit (l’enfant a envie de se gratter).
  • éliminer aussi le fameux syndrome pied main bouche
  • une gale (rare)

Comment traiter:

La plupart du temps, ça passe tout seul. Pas besoin de traiter par Acyclovir (Zovirax). Une bonne hygiène des mains, le virus ne résiste pas aux désinfectants usuels.

Le cas particulier de l’herpès attrapé par une femme enceinte pour la première fois:

C’est ce que les pédiatres et les gynécologues craignent le plus: une femme enceinte qui contracte un herpès pour la première fois, alors qu’elle est enceinte et proche du terme. Ce peut être grave. Il faut alors voir avec le gynécologue.

Un bébé qui contracte de façon transplacentaire une infection herpétique (liée au virus herpès) peut aussi être grave. Il y a des protocoles précis de prise en charge que les néonatalogistes (pédiatres spécialisés pour les nouveau-nés et les prématurés) connaissent bien.

 

pour en savoir davantage, cliquez ICI

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre