L’acné du nouveau-né et du nourrisson: que faire?

L’acné néonatale et du petit enfant sont des entités reconnues et distinctes de la même maladie qui peut s’exprimer dans les premières années de vie en dehors de toute anomalie endocrinienne tumorale ou liée à une avance pubertaire.

On individualise habituellement deux formes d’acnés néonatales :

  • l’acné néonatale qui concerne l’enfant dans les premiers mois de vie
  • l’acné infantile touchant le petit enfant au-delà de quelques mois de vie.

Origine des ces acnés

Dans de rares observations, un hyperandrogénisme maternel (rare= syndrome des ovaires polykystiques) a été signalé au cours de cette acné précoce. Dans la plupart des cas, les statuts hormonaux des parents et des enfants sont normaux. Ces acnés pourraient être liées à l’activité androgénique physiologique de la zone réticulée surrénalienne qui est très développée chez l’enfant jusqu’à 1 an, mais aussi au rôle de la stimulation hypophysaire, secondaire au sevrage en hormones maternelles, pouvant induire une sécrétion d’androgènes surrénaliens et gonadiques (les gonades= testicules ou ovaires). La prédominance masculine pourrait s’expliquer par le rôle aggravant des androgènes testiculaires.

L’acné néonatale

Elle concerne le nouveau-né dans les premiers mois de vie et elle est caractérisée par l’existence de lésions pustuleuses et de comédons fermés (microkystes) siégeant sur le visage (front, joues et menton).

Ce type d’acné peut être favorisé par certains topiques gras comme le liniment oléo-calcaire utilisé comme nettoyant doux sur le visage des enfants= à éviter.

Les liens entre acné néonatale et pustulose céphalique transitoire (PCT) du nouveau-né sont plus complexes : la PCT  touche le nouveau-né entre 3 et 6 semaines de vie et se manifeste par une pustulose parfois profuse du visage, du cuir chevelu et de la nuque, qui guérit spontanément ou avec l’aide d’un traitement topique imidazolé ou cortisoné. Des travaux récents semblent montrer que la pustulose néonatale transitoire est fortement liée à la présence sur la peau de Malassezia furfur et plus particulièrement de Malassezia sympodialis.

Les possibilités de traitement sont réduites au cours de l’acné néonatale et la nécessité de traiter est contestable car l’évolution de l’acné est le plus souvent favorable, le recours au peroxyde de benzoyle ou aux dérivés de la vitamine acide dilués dans un excipient non alcoolique est parfois proposé, mais l’intérêt réel de ces traitements souvent irritants est discutable dans une pathologie d’évolution bénigne.

L’acné infantile

Bien que la distinction entre acné néonatale et acné infantile soit assez ténue, il convient, sans doute, d’individualiser cette forme rare d’acné observée dans les premières années de vie. L’âge moyen de survenue était de 9 mois, l’atteinte des joues la plus fréquente et les lésions observées étaient le plus souvent inflammatoires, moins souvent comédoniennes et rarement nodulo-kystiques. On ne retrouve pas là de signes d’androgénie. Cette forme d’acné prépubère est donc plus sévère et d’évolution sou vent plus prolongée que l’acné néonatale.

Dans certains, il faudra traiter par antibiotiques (érythromycine) ou par isotrétinoïne si ce traitement ne répond pas.

Vous verrez avec votre pédiatre ou le dermatologue.

N’hésitez pas à contacter l’un de nos pédiatres si besoin.

3 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais, depuis janvier 2018, 3 livres qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre