Combien de vitamine D à mon enfant et jusqu’à quel âge?

Selon les recommandations de la Société française de pédiatrie (SFP), la supplémentation en vitamine D chez l’enfant ne se limite pas aux nourrissons de 0 à 18 mois. Tous les enfants sont concernés, de 0 à 18 ans !

Exposition solaire raisonnable, activité physique, calcium et vitamine D sont indispensables à la santé osseuse de l’enfant. 

Le pédiatre veille en début d’automne à prescrire à chaque enfant les doses nécessaires pour les enfants de plus de 18 mois (idem en février). Pour les enfants plus petits, voire ci dessous les doses à donner (en général sous forme de gouttes: Adrigyl, Zyma D, ou de pipette graduée en poids telle l’Uvéstérol)

Quelques chiffres

Rappelons les apports nutritionnels conseillés en calcium : 500 mg chez le nourrisson, 700 mg de 4 à 6 ans, 900 mg de 7 à 9 ans et de 1 200 mg jusqu’à 19 ans. Pour la vitamine D, le Programme national nutrition santé (PNNS) invite à consommer des poissons gras 1 à 2 fois par semaine et du lait enrichi en vit. D.

À ces apports alimentaires, les recommandations SFP 2012 préconisent d’ajouter une supplémentation en vitamine D pour certaines tranches d’âge.

 Les nourrissons de 0 à 18 mois sont en règle générale correctement supplémentés en vitamine D ».

La posologie de vitamine D recommandée est de 1 000-1 200 UI/j en cas d’allaitement maternel, posologie à laquelle la SFP recommande d’ajouter en cas d’allaitement artificiel (lait maternisé infantile) : 600-800 UI/j supplémentaires si le lait est enrichi en vit. D, ou 1 000 – 1 200 UI/j supplémentaires si le lait n’est pas enrichi en vit D.

Supplémenter jusqu’à 5 ans et de 10 à 18 ans !

De 18 mois à 5 ans, et chez l’adolescent (de 10 à 18 ans), la SFP recommande une dose de charge trimestrielle de 80 000 – 100.000 UI en début et fin d’hiver (novembre et février). En cas de risque important d’oubli de la 2dose, une dose semestrielle unique de 200 000 UI peut être donnée en novembre. Seuls 25 % des 10-18 ans sont supplémentés en vitamine D ! 

En présence d’un risque particulier

Quels facteurs de facteurs de risque de déficit en vitamine D retenir chez l’enfant ? En ville, les enfants à risque sont essentiellement les enfants obèses ou en surpoids, ceux à forte pigmentation cutanée, ou faiblement exposés au soleil estival ». Il s’agit en ville plus rarement d’enfants soumis à certains régimes (végétalisme), traitements (rifampicine, phénobarbital, phénytoine) ou atteints de pathologies (malabsorption digestive, cholestase, insuffisance rénale, syndrome néphrotique).

En cas de déficit en vitamine D, les recommandations de la SFP précisent qu’il peut être justifié : de 18 mois à 5 ans et de 10 à 18 ans, de poursuivre la supplémentation toute l’année (doses de charge trimestrielles) ; et chez les 5-10 ans, de proposer 2 doses de charge trimestrielles en hiver. Si nécessaire, le dosage de la 25 (OH) vitamine D guidera la prescription.

Ni trop, ni trop peu…

Quelques contre-indications de la vitamine D existes :rares mutations de la 24 hydroxylase (un enzyme).

Certains parents donnent trop de vitamine D à leur enfant, d’autres ont peur d’en donner et provoquent des cas de rachitisme carentiel.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre