Régime chez les ados : de quoi parle-t-on ?

45% des Européens souffrent de leur poids. Il existe une distorsion entre la perception de son poids et la réalité. En particulier chez les adolescents , vulnérables et qui veulent ressembler à la dernière coqueluche vue sur les réseaux ou à la TV.L’image de soi, le pli de trop, le bas du ventre, les bourrelets, sous le menton, etc. Cette course au poids idéal (parfois ressembler à un sac d’os sans s’en apercevoir) nécessite d’être vigilant. Surtout que derrière il y a un business prometteur, chacun y va de ses conseils et de son régime, payant bien sûr. Gare !

Qu’est-ce que l’IMC?

Il est toujours bien de rappeler à son ado où il en est avec son poids.Par exemple qu’est ce que l’IMC (l’indice de masse corporelle): il se calcule en divisant son poids (en kilos), par sa taille au carré (en mètre). En dessous de 18,4, il y a un problème de maigreur. Entre 18,5 et 25, un IMC est considéré normal. De 25 à 30, il traduit un surpoids. De 30 à 35, une obésité et même une obésité massive au-delà de 40.
Au delà des chiffres, s’il y a un vrai surpoids , c’est que l’ado n’a pas écouté les conseils donnés, et pourtant ils ne manquent pas. Marcher, bouger, ne pas prendre l’ascenseur, etc. Il faut en parler avec lui, dans le secret de la consultation médicale, bien sûr, ce qui va rassurer le jeune.

Les perturbateurs endocriniens et tous les autres

Mais de nombreux « perturbateurs » endocriniens (alimentation, cosmétiques, doigts en contact avec les smartphones et autres emballages de tablettes, plastiques, molécules présentes dans les barquettes des produits congelés préparés, conservateurs, etc.) et non endocriniens tels que le temps passé devant les écrans (TV, smartphones, tablettes, ordinateurs), mal bouffe, déséquilibre alimentaire, aspect physique et mauvais exemples donnés par les mannequins dans les pubs, l’envie pour les filles de faire tenir la largeur de leur taille dans un papier A4, tout ceci contribue à terme à un déséquilibre physique..et psychique.

Les conséquences sur le poids, le développement cognitif, la sociabilisation, le sommeil, les études aussi, etc. ne sont pas mesurées par les adolescents qui pensent à autre chose. Et c’est bien normal, c’est de leur âge de se tourner vers la découverte de leur « personnalité », leur entrée dans le monde des adultes, avec toutes les anxiétés et les questionnements inhérents à l’actualité, leur futur travail, l’orientation professionnelle, leur insertion dans la société, leur pouvoir sur les autres, etc.

Le dialogue, l’écoute

Donc être à leur écoute et si votre fille ou votre garçon revient un jour à la maison en vous disant « j‘ai décidé de faire végane, je veux plus qu’on tue les animaux« , n’en riez pas, écoutez votre ado, c’est important pour lui ou elle, et c’est déjà une bonne chose qu’il vous en parle. Prenez du recul et essayez de comprendre.

Le blocage vient souvent d’un manque de compréhension et il est facile pour nous adultes de dire que « le jeune fait n’importe quoi, de mon temps on faisait comme ci comme ça, etc. ». Là, vous serez à côté de la plaque.

Donc écoute, accompagnement et surtout que votre jeune soit en confiance avec un référent: une grand mère, un oncle, un médecin, un enseignant, c’est à privilégier, pour faire passer les « bons » messages.

S’il y a surcharge pondérale, un bilan?

Le surpoids ne vient en général pas d’un coup, il y a peut-être un mal être chez votre adolescent, il faut l’aider et non le brimer ou le montrer du doigt.

Dans certains rares cas, un bilan sera demandé par le médecin. Celui-ci permet parfois de retrouver une cause médicale comme une hypothyroïdie par exemple, qu’un régime ne saurait en aucun cas corriger.

Il y a plein d’habitudes simples à changer avant de se plonger dans un régime souvent dévastateur où on reprend tous ses kilos après…

N’hésitez pas à laisser votre adolescent en parler seul à seul avec le pédiatre ou le médecin en qui il ou elle a confiance. Attendez dans la salle d’attente, le secret médical permet à beaucoup d’ados de se confier mieux, c’est essentiel.

.

Les 3 livres écrits par le Docteur Arnault Pfersdorff, fondateur de pediatre-online, édités chez Hachette-Famille
  • « Manuel Bébé Premier mode d’emploi » Hachette Famille 286 pages 16,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne dort pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI
  • « Mon enfant ne mange pas- 7 solutions » Hachette Famille 64 pages 5,95€ Disponible ICI

C’est désormais 3 livres du Dr Pfersdorff pédiatre, qui sont édités chez Hachette et distribués dans toutes les librairies de France, mais aussi Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada. Ils s’adressent aux parents. Egalement sur Amazon, Fnac, BNF, etc.