Trouble d’acquisition de la coordination (TAC) chez l’enfant (dyspraxie)

C’est une appellation un peu nouvelle en France, mais bien adoptée dans le reste de l’Europe et le monde. Il s’agit de tous ces troubles de la coordination qu’on appelle aussi « dyspraxie ».

Chez l’enfant, cela concerne 6 à 7 % des enfants en âge scolaire.

Comment ça se traduit?

Chez un enfant, qui montre certaines lenteurs ou un manque de précision dans certaines activités motrices (écriture, placement des objets, placement d’objets les uns par rapport aux autres, manque d’habileté,laisser tomber ou heurter des objets,attraper un objet, utiliser des ciseaux ou des couverts, écrire, faire du vélo, pratiquer une activité sportive pour les plus grands_par exemple difficulté à se servir d’un ballon, d’une balle, pareil pour l’apprentissage du vélo_ etc.). Ces difficultés peuvent porter aussi bien sur la motricité dite fine que sur la motricité globale, avec ou sans utilisation d’un objet. C’est ce qui fait parfois que les parents eux-mêmes peuvent ne pas s’en apercevoir tout de suite.

Les garçons sont plus touchés que les filles.

Bien faire le diagnostic:

Le pédiatre, en suivant régulièrement votre enfant, avec les retours et les remarques des parents, veillera à en faire le dépistage le plus tôt possible. Et c’est là que le bilan neuro psychologique sera essentiel pour objectiver le TAC. Que le médecin prescrira pour votre enfant en vous indiquant qui aller voir.

Le psychomotricien ou la psychomotricienne a à sa disposition toute une batterie de tests (8 items au total) pour apprécier l’habileté motrice et l’évaluation des mouvements. Cela va de la réception d’une balle, au dessin, en passant par le lancer d’objets, la marche avec petite contrainte, etc.).

Un bilan de la vision est aussi essentiel. L’objectif est d’éliminer une atteinte sensorielle (d’un nerf ou d’une étape nerveuse dans la vision) à l’origine d’un trouble du mouvement.

La prise en charge:

Une fois le diagnostic posé, la thérapie s’organisera autour de votre enfant en lien avec vous et les enseignants qui auront un rôle à jouer dans l’accompagnement et la généralisation des acquis.

Les thérapies portant sur des habiletés spécifiques sont plus à privilégier que les techniques dites globales.Vous verrez avec le psychomotricien ou la psychomotricienne et votre pédiatre.

Pour en savoir davantage, cliquez ICI

 

 

 

 

 

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre