Mon enfant marche sur la pointe des pieds: est-ce grave? A quoi penser?

with-a-friend-1111112_1280

On considère que la marche est acquise au plus tard à 18 mois.

On observe chez certains une tendance à marcher sur la pointe des pieds, qui peut rester tout à fait normale (physiologique) pour disparaître avant l’âge de 6 ans. (surtout chez des enfants ayant appris à marcher avec un baladeur = ce qui est déconseillé).

On peut se rassurer si:

  • l’enfant a marché d’emblée sur la pointe des pieds (et non pas si cette tendance est apparue secondairement) ;  attention cependant à ne pas passer à côté d’un signe précurseur d’autisme, les professionnels de santé sont désormais attentifs à cela. Trop souvent, à force d’être rassurant, il est arrivé de passer à côté de ce diagnostic, qui doit être fait le plus tôt possible. 
  • si par ailleurs l’enfant, malgré cette tendance, a une marche stable, équilibrée, qu’il saute, qu’il grimpe
  • si on ne remarque pas de difficultés par ailleurs
  • s’il ne se plaint pas de douleurs
  • si aucun autre signe clinique n’est repéré par le pédiatre qui va examiner votre enfant.

Faire suivre l’enfant régulièrement (tous les 6/7 mois):

En effet, si cette marche sur la pointe des pieds persiste au-delà des 6 ans, il peut s’installer ce qu’on appelle une rétraction des triceps (les mollets) qui va devenir permanente, entraîner une fatigue à la marche, peu à peu une gêne.

Si le pédiatre constate que la flexion du pied sur la jambe se limite à 5° (et non plus à 20° normalement), alors il faudra envisager le port, pendant la nuit, de bottes de contention spéciales, parfois associé à des séances de kinésithérapie pour étirer les muscles.

Dans de rares cas, il peut y avoir une spasticité sous-jacente:

Celle-ci peut être due à un problème neurologique que votre pédiatre dépistera. (une maladie neuro musculaire ou bien une atteinte de certains circuits de la commande nerveuse). Plus rarement, ce peut être un signe chez des enfants développant un autisme ou une psychose (si d’autres signes sont associés comme par exemple des stéréotypies motrices, des attitudes de danses tourbillonnantes).

D’où l’importance de faire suivre régulièrement votre enfant par un spécialiste de l’enfance comme un pédiatre.

 

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre