Enfants: les écrans se multiplient…les précautions aussi !

children-403583_640

Nous autres pédiatres sommes très sensibilisés au problème de l’enfant (dès son plus jeune âge souvent) et la présence des écrans, qui désormais envahissent la vie quotidienne des parents, où qu’ils se trouvent.

Parfois, par mesure de facilité, pour avoir un peu la tranquillité, le jeune enfant va se saisir du portable de la maman ou du papa. Ou bien le plus jeune s’emparera de la tablette de son aîné;

Et c’est souvent source de conflits, pas toujours faciles à gérer.

Il y a aussi la télévision devant laquelle on oriente bébé qui est dans son cosy, histoire de gagner un peu de temps pour préparer son repas ou le repas familial.

Bref, écrans de TV, écrans de smartphone, puis tablettes, ordinateurs et enfin jeux vidéo, casse-tête et cauchemars souvent assurés. D’autant qu’une fois que l’enfant a goûté à ces « précieux », difficile de faire machine arrière.

Il faut savoir conserver une certaine fermeté, et aussi comprendre que ces écrans ont des effets néfastes sur la santé de votre enfant, et sur son comportement (trouble du sommeil, excitabilité, concentration, alimentaire, etc.).

Que faire alors?

Une enquête vient d’être réalisée par 144 pédiatres en France, membres de l’AFPA (Association Française de Pédiatrie ambulatoire) et nous vous en livrons les résultats avec l’aimable autorisation de l’association. Ainsi que les conseils qui en découlent.

En résumé

  1. La tablette, pas prioritaire avant 3 ans et sur des courtes durées entre 3 et 6 ans
  2. La télévision, écran préféré des plus jeunes : pas de journal TV avant 6 ans
  3. Les jeux vidéo : après 12 ans, attention si les résultats scolaires chutent !
  4. L’ordinateur et les risques du NET… attention avant 9 ans
  5. Le téléphone portable, un perturbateur nocturne chez l’adolescent.

 

Quel que soit l’âge de l’enfant, les parents peuvent retenir 3 grands principes

• Apprendre à l’enfant à s’autoréguler en fixant des tranches horaires pour regarder des programmes spécifiques, choisis avec les parents pour les plus jeunes.

• Alterner les activités pour varier les stimulations et encourager leur création en développant des occupations qui mobilisent les 5 sens et les 10 doigts pour les plus jeunes.

• Inviter l’enfant à parler de ce qu’il a vu à la télévision ou fait sur son écran interactif. Aidé par l’adulte, l’enfant apprend à construire le récit de ce qu’il a vu, et passe de la pensée spatialisée propre aux écrans à la pensée linéaire du langage parlé ou écrit. Les écrans, qui ne sont pas toujours des espaces de sens pour l’enfant, peuvent le devenir à partir du moment où il lui en donne dans l’échange avec un adulte.

Vous accédez à cette enquête en cliquant ICI.

 

Article publié avec l’aimable autorisation de l’AFPA et de l’Agence Passerelles, L’agence de « Relations Uniques »

  • Bordeaux: Darwin Ecosystème – 87 Quai des Queyries – 33100 Bordeaux
  • Paris: MyCowork – 54 rue Greneta – 75002 Paris (Nouvelle adresse)

www.passerelles.com

 

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre