J’ai accouché par césarienne: comment vais-je récupérer ma mobilité?

Vous serez très vite mobile !

On voit parfois des mamans quelques heures après une césarienne se déplacer en pouponnière pour assister au premier examen de leur bébé (en fauteuil roulant au début). Cette mobilisation précoce permet d’éviter les problèmes de phlébite.

En moyenne, quatre jours au plus tard après la césarienne, vous mettrez pied à terre. Mais ce n’est pas toujours possible, ne vous culpabilisez pas si vous n’y arrivez pas.

Les sages-femmes

Les sages-femmes vont vous montrer comment mobiliser rapidement les muscles de votre abdomen grâce à une prise d’appui sur la potence de votre lit, mais également en vous asseyant au bord du lit pour mobiliser vos pieds, vos chevilles, vos membres inférieurs. Les kinésithérapeutes sont là aussi pour vous, c’est une prise en charge incluse dans votre forfait d’hospitalisation. Une position assise dans un bon fauteuil est bienvenue. Cette alternance de position couché, demie-assise, debout vous sera bénéfique pour la circulation sanguine, la sollicitation musculaire (sans forcer) et votre moral.

Ne cherchez pas à vous mobiliser toute seule la première fois.

Dans tous les cas, faites-vous aider par le papa, une amie; n’hésitez pas à demander de l’aide aux sages-femmes, aux puéricultrices, c’est une étape très importante pour vous. Votre bébé devrait vous faire (un peu) oublier ces douleurs qui vont aller en s’estompant.

Quelques conseils pour les premières mobilisations:

Commencez doucement, en évitant de solliciter les muscles du ventre.

La potence de lit peut vous êtes très utile.

Vous pouvez aussi installer des moyens simples comme une ceinture accrochée aux barreaux du bout du lit afin de pouvoir vous redresser grâce à la traction des bras.

La plupart du temps dans les maternités, vous disposez d’un lit avec télécommande, qui vous permet de vous mettre assise sans effort. Si ce n’est pas le cas, pour vous assoir, ramenez vos jambes pliées contre votre corps et roulez sur le côté pour ensuite vous aider de vos bras.

Vous allez ainsi apprendre peu à peu à vous asseoir, vous lever, vous déplacer, puis prendre votre bébé dans vos bras sans avoir mal et sans craindre de le laisser tomber. Comme vous ne pouvez pas encore trop contracter vos abdominaux, il vous faut tout faire en restant droite, en évitant de vous pencher.

Une petite astuce consiste à utiliser une serviette dépliée sous votre enfant pour ne pas avoir à trop mobiliser vos muscles. Ainsi vous pourrez plus facilement vous aider de ce « harnais » improvisé pour le sortir de son lit et le poser sur votre lit ou sur la table à langer.

D’autres moyens vont vous aider à améliorer votre mobilité:

– trouver la bonne Posture: on vous apprendra à vous asseoir pour trouver LA position qui soulage. Cette dernière consiste à vous asseoir dans votre lit, des oreillers calés dans votre dos puis à ramener une jambe vers votre ventre en la pliant, puis faire de même doucement pour l’autre, sans forcer. (l’une après l’autre). Quoi qu’il en soit, évitez de vous mettre en station foetale.

– utiliser de l’Homéopathie: les tensions, les douleurs liées à votre cicatrice pourront être soulagées par de l’homéopathie de type Arnica Montana 5 CH 3 granules matin et soir, de même Staphysagria 7 CH. Celà marche aussi pour les démangeaisons.        

– penser l’hydratation de la cicatrice: une fois les fils otés ou les agrafes retirées, vous pourrez masser la cicatrice avec une crème cicatrisante de type Cicalfate crème ou Cicactive P.I ou Bepanthencica gel. Cela permettra de l’assouplir.

– organiser votre toilette : il est conseillé d’attendre deux semaines avant de reprendre un bain, afin d’éviter tout risque infectieux. Préférez la douche en prenant un surgras ou un savon doux, puis en rinçant et en vous tamponnant avec votre serviette plutôt que de frotter. Au tout début, vous ferez votre toilette assise dans un fauteuil mobile.

– prévoir peu à peu de porter votre bébé : il vous faudra quelques jours selon l’état de votre musculature. Tenez-vous droite pour le tenir et préférez l’écharpe de portage qui est plus adaptée.        

– l’acupuncture n’est pas à négliger : c’est une stimulation de zones précises de l’épiderme, ce qu’on appelle les points d’acupuncture. Cette technique peut être très utile après une césarienne (comme pour un accouchement par voie basse). Elle favorise la cicatrisation, le sommeil, la relaxation et la baisse de l’anxiété. De plus en plus de maternités font appel à des sages-femmes et des anesthésistes formés à l’acupuncture, n’hésitez pas à demander. Choisissez aussi votre maternité en fonction de ces aides précieuses.        

– la technique dite Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR), ou désensibilisation et reprogrammation par des mouvements oculaires. Le principe en est le suivant : « Si un événement douloureux a été mal “digéré” parce que trop violent, les images, les sons et les sensations liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Le mouvement oculaire débloque l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète le travail. ». Cette technique peut être utilisée dans la préparation d’une césarienne programmée tout comme pour la prise en charge des douleurs à distance de celle-ci.

– L’ostéopathie peut aussi avoir sa place après une péridurale sur césarienne, par exemple. Grâce à des tests palpatoires spécifiques, l’ostéopathe explore votre corps à la recherche des zones qui présentent des restrictions de mouvements susceptibles d’altérer l’état de santé.

 

Dans chaque maternité un dépliant vous est proposé, vous détaillant les techniques disponibles.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre