Casque à vélo obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

Casques obligatoires pour les enfants à vélo, qu’ils soient passagers ou au guidon.

C’est un début. Protéger la tête, en particulier des plus vulnérables, est un devoir. Qu’ils soient au guidon ou passagers.

Depuis mars 2017! 

On a commencé par la ceinture de sécurité jadis, cela a mis du temps à entrer dans les moeurs et les habitudes. Désormais, c’est acquis et les résultats sont là: nette baisse de la mortalité.

Sur les pistes de ski, le port du casque se généralise. C’est aussi une bonne chose. Se casser le poignet en tombant ou un ligament croisé c’est moche, certes. Mais ça se répare. Une fracture du massif facial, de l’orbite, du rocher, c’est perdu. L’enfant y laissera son audition, ou aura des troubles de l’équilibre toute sa vie.À moins que ce ne soit la perte du goût, de l’odorat. Des troubles de la déglutition. De la parole. De la vue. 

Ou de la vie.

Une chute, ce n’est pas forcément de sa propre faute: il y a les autres. Et ceux-là, on ne les voit pas toujours venir.

Sur les pistes de ski.

Sur une piste cyclable, c’est la même chose.

Une voiture qui ne s’arrête pas, qui n’a pas vu le cycliste. C’est tous les jours que ça arrive.Le fameux angle mort. Sans compter les automobilistes qui ont une baisse de la vision.

Et la faute au cycliste, aussi. C’est pas toujours l’automobiliste qui est coupable.

Cycliste contre cycliste, ça existe aussi.

On le sait, la cohabitation vélo- piétons- automobiles en ville est dangereuse. Et même en étant attentif, l’accident guette, à chaque coin de rue. Sans compter les glissades, le sol mouillé, les feuilles en automne, le vent, le givre et le gel en hiver, la pluie.

Un adulte qui chute va plutôt se casser un membre ou le bassin. Voire avoir une entorse de la colonne cervicale.

Un enfant ne sait pas se réceptionner de la même façon et n’aura pas toujours le réflexe de mettre les mains en avant: c’est donc son crâne, ses tempes, sa mâchoire qui va prendre plus souvent. 

C’est une des causes d’admission aux urgences chirurgicales non négligeable.

En France, on aime…les amendes.

Bon, ça fait mal au portefeuille et surtout ne dites pas: encore un moyen pour le gouvernement d’empocher notre argent. On est français, assumons, on fronde, donc besoin hélas d’amendes.

90€, ce n’est pas rien, si vous ne mettez pas de casque à votre enfant de moins de 12 ans.

Chez nos voisins allemands, suisses, hollandais, pas besoin d’amende, ils s’y sont mis depuis longtemps. Le port du casque à vélo est obligatoire dans 12 pays membres de l’Europe. Quand ils viennent chez nous, ils sont étonnés de voir nos enfants sans casque.

C’est comme nous quand on va dans certains pays et qu’on y voie les motards…sans casque.

Alors, n’attendez pas.

Diminution des risques

On le sait, le port du casque réduit de 69% le risque de blessures sérieuses à la tête, de 31% les blessures mineures (c’est logique) et de 28% les blessures au niveau du visage.

De même, le risque de perte de connaissance lors d’une chute à vélo passe de 95% à moins de 1% pour un porteur de casque. CQFD !

Un jeune qui porte un casque se sent-il invulnérable?

C’est un peu le contre effet qui est avancé par les « anti-casques », mais qui est sans commune mesure avec le risque encouru sans casque. Un jeune, surtout les garçons, ont besoin de sensations fortes, on le voit tous les jours. Et ce n’est pas parce qu’il ne porte pas de casque qu’il prendra moins de risque. 

Mourir à vélo reste rare. Ce sont les blessures graves qu’il faut éviter grâce au port du casque.

N’attendez pas d’avoir un coup de fil…du service des urgences pour vous annoncer que…

L’éducation ! Commencer par là.

Le casque à lui tout seul ne suffit pas. Chaque parent a le devoir d’apprendre à son enfant les règles de base et lui expliquer pourquoi il doit s’arrêter à chaque carrefour, pourquoi il ne doit pas louvoyer entre les piétons sur les trottoirs pour gagner quelques minutes parce qu’il s’est réveillé à l’arrache le matin même, car … couché trop tard. 

Il en retiendra bien un petit quelque chose. Ca vaut le coup.

Vous n’avez pas trouvé votre réponse ?
Contacter un pédiatre